Plein écran
Steve Easterbrook, désormais ex-directeur général de McDo’. © AFP

McDonald's vire son patron après une liaison avec un employé

Mise à jourLe géant américain du fast-food McDonald’s a annoncé dimanche s’être séparé de son directeur général Steve Easterbrook, le conseil d’administration ayant considéré qu’il avait commis une erreur de jugement en engageant récemment une “relation consentie” avec un membre du personnel de l’entreprise.

L’entreprise assure, dans le communiqué annoncant ce départ, que cette décision n’a “pas de rapport avec la performance opérationnelle ou financière de l’entreprise”.

McDonald’s n’a pas précisé l’identité de l’employé en question, ni indiqué s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. M. Easterbrook est remplacé, avec effet immédiat, par Chris Kempczinski, jusqu’alors responsable des activités de McDonald’s aux Etats-Unis, ajoute le groupe dans le document.

“Chris prend les rênes de cette grande entreprise à un moment où la performance est solide et soutenue et le conseil a toute confiance en lui pour être le mieux à même de définir la vision et guider la stratégie permettant à l’entreprise de poursuivre son succès”, a commenté le président du conseil d’administration de l’entreprise, Enrique Hernandez Jr., cité dans le communiqué.

“Il dispose des compétences et de l’expérience voulues pour avoir mené à bien nos activités aux États-Unis, où les franchisés produisent des résultats financiers et opérationnels solides, et pour avoir supervisé la stratégie mondiale, le développement commercial et l’innovation”, a-t-il ajouté.

Mr. Easterbrook était arrivé au poste de directeur général en 2015. Sous sa houlette, l’action de McDonald’s a doublé à Wall Street et le bénéfice net de l’entreprise a augmenté chaque année.

Il n’a toutefois pas réussi à enrayer le déclin progressif des ventes de l’entreprise, qui fait face comme d’autres grandes chaînes de restauration rapide aux changements d’habitude des consommateurs, à la recherche d’une alimentation plus saine. 

  1. Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnaires

    Studio 100 à la recherche de nouveaux actionnai­res

    La société de divertissement Studio 100, que l'on retrouve derrière les parcs d'attractions Plopsa, explore la possibilité d'élargir et de renforcer son actionnariat, indique-t-elle samedi. Cela à la suite du succès de sa stratégie d'expansion internationale. Les fondateurs Gert Verhulst et Hans Bourlon, qui garderont la majorité des actions, en disposent actuellement chacun d'un tiers, le reste revenant à BNP Paribas Fortis Private Equity.