Plein écran
Agriculteurs et ministres s’unissent contre l’accord de libre-échange entre l’UE et les pays du Mercosur. © BELGA

Mercosur: “Pourquoi importer cette agriculture que l'on ne veut pas chez soi?”

Foire de LibramontL'accord de libre-échange récemment conclu entre l'Union européenne et les pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay) est sur toutes les lèvres à la Foire de Libramont, d'aucuns dénonçant le volet agricole du texte qui risque de nuire aux agriculteurs européens, et singulièrement wallons, déjà confrontés à de multiples crises.

"Il est urgent d'avoir des politiques cohérentes", a plaidé Marianne Streel, la présidente de la Fédération wallonne de l'agriculture (Fwa). "On ne peut exiger des normes environnementales et sociales, une traçabilité de plus en plus stricte, un budget agricole européen de plus en plus réduit, laver ici toujours de plus en plus blanc et accepter de nous mettre en concurrence avec des produits venant de fermes usines du Mercosur, par exemple, qui ne respectent nullement nos critères de production.”

“Pourquoi?”

“Pourquoi importer cette agriculture que l'on ne veut pas chez soi? Pourquoi importer ce qu'on produit ici en qualité et en quantité? Viandes, volailles, sucre et éthanol? Pourquoi ce non-respect tant des agriculteurs que des consommateurs européens. Pourquoi mettre en péril l'agriculture familiale d'ici et de là-bas? ", a encore interrogé la présidente de la Fwa.

L'organisation agricole a invité les nombreux ministres et parlementaires présents à son stand à signer sa pétition contre l'accord UE-Mercosur. Celui-ci autorise notamment les pays du Mercosur à exporter vers le Vieux-Continent des quotas de viande bovine, de volailles, de sucre et d'ethanol à des tarifs douaniers réduits. Pour la viande bovine, la possibilité est offerte aux pays sud-américains d'exporter vers l'Union européenne 99.000 tonnes de viande bœuf à des tarifs fortement réduits (7,5% au lieu de 40%). 

Les politiques contre l'accord

Le ministre-président wallon sortant, Willy Borsus (MR), les ministres wallons MR Jeholet, Crucke et De Bue, mais aussi le ministre wallon de l'Agriculture, René Collin (cdH), qui n'a pas de mots assez durs contre l'accord avec le Mercosur, tantôt qualifié de "peste" ou de "gifle" aux agriculteurs et consommateurs, mais aussi la présidente du Sénat, Sabine Laruelle (MR), le président du cdH, Maxime Prévot, et plusieurs parlementaires de différents partis ont signé la pétition de la Fwa. Les écologistes présents à Libramont ont pour leur part distribué force sacs et autocollants appelant à un "Stop" à l'accord UE-Mercosur.

Le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme (MR), n'a pas signé la pétition mais a averti que "la messe n'(était) pas dite". "Nous allons continuer à mettre la pression, tous ensemble, afin que la Commission européenne nous garantisse une équivalence en termes de normes sanitaires et de respect des normes environnementales. Nous ne désarmons pas ni au niveau fédéral ni au niveau régional. Cet accord n'est pas encore un traité et ce traité n'a pas encore été ratifié. Nous nous mobiliserons pour que nos agriculteurs ne souffrent pas davantage", a-t-il assuré. 

Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA
Plein écran
© BELGA