Plein écran
© reuters

Moody's retire son triple A au Mécanisme européen de stabilité

L'agence de notation Moody's a dégradé d'un cran vendredi le Mécanisme européen de stabilité (MES), de Aaa à Aa1, avec une perspective négative, une décision jugée "difficile à comprendre" par le patron du fonds de secours de la zone euro, l'Allemand Klaus Regling.

Le geste de Moody's est "difficile à comprendre", a réagi vendredi soir M. Regling, dans un communiqué. "Nous sommes en désaccord avec l'approche de l'agence de notation qui ne prend pas suffisamment en compte le cadre institutionnel particulièrement solide du MES, les engagements politiques et la structure de son capital", a-t-il ajouté.

"Les 17 Etats membres de la zone euro sont pleinement engagés sur le plan politique et financier auprès du MES et du FESF et soutiennent ces deux institutions", a renchéri Jean-Claude Juncker, le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, dans ce même communiqué. La décision de Moody's fait suite à la récente dégradation de la note souveraine de la France, qui a elle aussi perdu son triple A.

L'agence de notation a également annoncé vendredi la dégradation d'un cran du Fonds européen de stabilité financière (FESF), également de Aaa à Aa1, lui aussi assorti d'une perspective négative. Cela "ne va pas empêcher le MES ou le FESF d'agir de quelque manière que ce soit ou d'émettre" des titres de dette, a affirmé M. Regling. Outre la dégradation récente de la France, aujourd'hui notée Aa1, Moody's justifie sa décision par la "forte corrélation" en terme de risque de crédit au sein de principaux soutiens financiers du MES et du FESF.

"Le risque et la notation des MES et FESF sont étroitement liés à ceux de leurs principaux soutiens", explique Moody's en rappelant que la France est le deuxième plus gros pays contributeur des MES et FESF. La part de la France dans le MES s'élève à 20,4%, derrière celle de l'Allemagne, toujours notée Aaa par Moody's, qui est de 27,1%.

L'agence souligne que les MES et FESF restent très bien notés car ils continuent de bénéficier par d'importants capitaux mobilisés par les Etats contributeurs, et les notes élevées de ces Etats dont la note moyenne est Aa1. La décision concernant le MES a surpris car il bénéficie d'une structure de capital différente de celle de son prédécesseur, le FESF. Il disposera à terme d'un capital en dur de 80 milliards d'euros, qui lui permet en théorie d'être moins sensible aux changements de notation des Etats de la zone euro. Il s'agit du plus important "capital en dur" pour une institution de prêt multilatérale, souligne le communiqué du MES.

Actuellement, ce capital s'élève à 32 milliards d'euros et doit être renforcé jusqu'en 2014. Le MES bénéficie actuellement d'un triple A, la meilleure note possible auprès de l'agence Fitch. Il n'est pas encore noté par sa concurrente Standard & Poor's. Principal instrument de sauvetage de la zone euro, il a une capacité de prêts de 500 milliards d'euros, à laquelle il faut ajouter les 200 milliards d'euros restants du FESF, avec qui il doit cohabiter jusqu'à l'été 2013.

Il peut acheter de la dette d'Etat pour faire baisser les taux sur les marchés, et recapitaliser les banques de la zone euro directement, sans alourdir la dette des Etats. Cela ne sera toutefois possible que lorsqu'une supervision unique du secteur bancaire sera en place en zone euro.

  1. Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"
    Mise à jour

    Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"

    La nouvelle ministre fédérale de l’Emploi et de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) a estimé que l’annonce jeudi de la reprise de 62 agences de voyage dépendant de Thomas Cook Retail Belgique par l’entreprise espagnole Wamos était une nouvelle porteuse d’”espoir”. S’exprimant dans le cadre de l’émission “De Ochtend” sur Radio 1 (VRT), elle a cependant précisé qu’elle “continuait d’être préoccupée” par la part du personnel belge qui n’est pas concernée par cette reprise, soit plus de 300 personnes qui devraient malgré tout perdre leur emploi.
  1. Le site web qui vous aide à vendre ou acheter un bien immobilier au meilleur prix

    Le site web qui vous aide à vendre ou acheter un bien immobilier au meilleur prix

    Vendre son bien immobilier ou le mettre en location, trouver la maison de ses rêves… voilà des défis que tentent de relever quotidiennement des milliers de personnes en Belgique. Alors, pourquoi ne pas se simplifier la vie et trouver l’agence immobilière qui vous aidera efficacement à concrétiser vos rêves et besoins? Le site 100% indépendant www.trouverlameilleuresagence.be établit - en un seul clic - des contacts directs entre les particuliers et toutes les agences immobilières dans le but de faciliter la vie de tous les acteurs immobiliers : vendeurs, loueurs, acquéreurs, locataires, agences...
  2. Polémique en Flandre sur le recul des sanctions infligées par le Forem flamand

    Polémique en Flandre sur le recul des sanctions infligées par le Forem flamand

    Le nombre de sanctions infligées dans le cadre du contrôle de la disponibilité des chômeurs par le service public de l'emploi en Flandre (VDAB) a baissé pour la deuxième année consécutive en Flandre. Alors que le nouveau gouvernement Jambon I veut créer 120.000 emplois supplémentaires en 5 ans, la pilule passe mal dans le nord du pays, révèlent De Morgen et Het Laatste Nieuws qui relayent des chiffres de l'Office national de l'emploi (Onem). De son côté le VDAB se défend et estime que les avertissements adressés aux demandeurs d'emploi devraient également être pris en compte.