Nethys a discrètement tenté de revendre L'Avenir

Mise à jourNethys a tenté de profiter de l'été pour vendre les quotidiens L'Avenir à l'homme d'affaires Stéphan Jourdain, rapporte l'Écho, mardi. Les négociations qui se sont faites en douce ont fini par échouer. Nethys dément “formellement” ces allégations. 

Plein écran
Archives © photo_news

Les responsables de Nethys ont mis la pression sur Stéphan Jourdain afin de le pousser à acheter L'Avenir avant le 15 août. Pour le convaincre, les responsables de Nethys expliquaient que les groupes de presse Rossel et IPM étaient également intéressés, ce que les deux groupes de presse démentent catégoriquement.

Intérêt de Stéphan Jourdain

L'intérêt de Stéphan Jourdain pour les médias n'est pas né d'hier. Il y a un an, il était sorti du bois pour se porter acquéreur de L'Avenir. Il avait lancé un petit tour de table pour réunir des patrons bruxellois et wallons voulant faire passer un message davantage libéral dans la presse. Trois suivent Stéphan Jourdain et ils baptisent leur groupe N4. L'Echo a appris que plusieurs rencontres avaient alors eu lieu entre ce groupe N4, le patron de Nethys Stéphane Moreau et Pol Heyse, directeur financier de Nethys. Mais les contacts se sont distendus par la suite.

20 millions d’euros

À l'été 2019, les responsables de Nethys se sont à nouveau tournés vers le groupe d'investisseurs potentiels, leur demandant de faire offre avant le mi-août. Ils ont également évoqué la présence de Rossel et d'IPM. Le prix évoqué pour L'Avenir est de 20 millions d'euros.

Rossel et IPM démentent

Mais Rossel et IPM le répètent: ils ne se sont jamais assis à la table de négociations avec L'Avenir. Quoi qu'il en soit, depuis lors, les négociations ont été avortées et Stéphan Jourdain s'est fait remplacer au sein du groupe N4. La vente en catimini de L'Avenir ne se fera pas, écrit L'Écho.

Nethys dément “formellement”

Nethys dément “formellement” ces allegations: “Monsieur Jourdain, comme d’autres investisseurs potentiels, a manifesté un intérêt relatif à ce dossier il y a quelques mois, mais cette marque d’intérêt n’a donné lieu à aucune suite concrète”, a réagi l’entreprise par communiqué.

Plein écran
© photo_news
  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.