Plein écran
© Getty Images/Cultura RF

Notre parc de poêles est obsolète : “Il en va de la responsabilité des pouvoirs publics”

LiviosAvec la baisse des températures, nous rallumerons nos poêles. Mais dans notre pays, beaucoup de ces appareils sont très anciens. Non seulement ils ont un faible rendement, ils sont aussi très nocifs pour notre santé. Lors d’un débat organisé par le site de construction Livios de nombreux partis exhortent notre gouvernement à passer à l’action.

Récemment, le professeur Michel De Paepe a examiné nos besoins en chaleur dans un article d’opinion sur Livios et le rôle joué par les poêles et foyers. Sa vision a suscité pas mal de réactions. Car un foyer au bois ou aux pelles est populaire. “Le problème est que notre parc de poêles est obsolète”,  dit Francies Van Gijzeghem, directeur d’ABDE Solutions. “Le potentiel est énorme, mais personne ne s’en soucie. Aucun ministre n’a jamais établi les normes relatives aux poêles comme il le devrait. Une vision coordonnée dans ce domaine est indispensable.”

Conseil : lisez ici le débat complet.

Entretien et suivi

“C’est aussi l’opinion de Stefaan Paulus de CSB Waste Solutions. “Il existe aujourd’hui des techniques capables de filtrer et récupérer les particules fines. Mais il faut surtout une législation qui impose un entretien obligatoire et prévoit un suivi adéquat.” Cela implique, observe Christophe Fonteyne, peut-être un coût, mais en revanche, cela représente jusqu’à neuf milliards d’économie sur les soins de santé. “Donc un cadre légal avec un contrôle obligatoire du conduit de fumée et du système de filtration, par exemple par un ramoneur agréé, est parfaitement possible. Ainsi, nous parviendrons à réduire de manière drastique les émissions de particules fines.”

“Une occasion manquée”

Bond Beter Leefmilieu reçoit pas mal de courriers de gens dont la maison est bien isolée et équipée d’un système de ventilation contrôlée. Cependant, ce système de ventilation aspire l’air pollué des voisins qui ont un mauvais système de chauffage. “On voit en effet que les pouvoirs publics négligent aussi bien la qualité de l’air que l’aspect énergétique de nos habitations”, dit Benjamin Clarysse, chargé de politique au Bond Beter Leefmilieu. 

“Et ce sont autant de bâtiments qui sont construits au mépris de l’écologie. Les mesures ne viennent pas. Vous ne pouvez que faire des choix parmi les propositions qui vous sont faites. Les pouvoirs publics doivent indiquer clairement la part de biomasse pouvant encore être utilisée au niveau des ménages et de quelle manière. Et ce n’est qu’à ce moment-là que vous serez capable de faire les bons choix. On constate que beaucoup de particuliers et d’entreprises font vraiment de leur mieux, mais si le cadre n’est pas correct, on ne parvient à rien.”

Plein écran
Stefaan Paulus (CSB Waste Solutions), Luc Vermeeren (Ecopower), Wim Vanlede (Stroomop), Ludwig van Wonterghem (Stroomop et ÖkoFEN), Benjamin Clarysse (Bond Beter Leefmilieu), Michel De Paepe (Pixii), Francies Van Gijzeghem (ABDE Solutions) et Christophe Fonteyne (Polvo). © Livios

“Favorisez l’acquisition d’un appareil performant”

Luc Vermeeren d’Ecopower note une similitude avec l’isolation des habitations. “À ce niveau également, personne n’a trouvé un bon système de financement permettant aux personnes d’isoler leur maison convenablement, même si elles ne disposent pas de l’argent pour le faire. Ainsi, il faudrait pouvoir remplacer son poêle à bois de vingt ans par un nouveau modèle.” 

Ludwig Van Wonterghem de Stroomop trouve également que l’abordabilité joue un rôle. “De plus, les gens ne savent pas qu’un poêle au bois de vingt à trente ans ne peut plus être utilisé. Ils sont étonnés de connaître le rendement de celui-ci. Alors qu’aujourd’hui, il existe des poêles avec un rendement de combustion de 90 % et des chaudières avec un rendement de 99 %. Aussi, les pouvoirs publics doivent favoriser l’acquisition d’une chaudière ou d’un poêle performant.”

Quatre piliers pour une bonne combustion du bois

Selon Wim Vanlede de Stroomop, il est important de prendre la bonne direction : “Une combustion du bois avec des appareils efficaces, le bon combustible, des installateurs qualifiés et des utilisateurs bien informés. Mais aujourd’hui, nous continuons à nous chauffer avec des vieux poêles, ce qui est mauvais pour tout le monde. De cette manière, vous créez une impasse et il n’y a aucune chance d’amélioration.”

Lisez également 

Choisir et stocker votre bois de chauffage ? Voici les points d’attention

5 conseils pour chauffer votre nouvelle maison au bois

Choisir une chaudière ? Voici vos options

Source : Livios