Plein écran
Choisissez un style de véranda qui correspond au style de votre maison, de sorte que les deux forment un beau tout. © Oben

Nouvelle véranda? Gare à ces 6 écueils

LiviosManque de luminosité ou risque d’éblouissement, condensation sur les vitrages, odeur de renfermé, four en été et frigo à la mi-saison. Autant de plaies qui touchent votre véranda. Comment éviter celles-ci? Le site de construction Livios vous aide. 

1. Réfléchissez à votre projet

Faites établir un projet. De cette manière, vous comme le constructeur de véranda savez de quoi vous parlez. Et ce dernier peut percevoir directement vos attentes. En plus, choisissez un style de véranda qui correspond au style de la maison, afin de former un ensemble homogène. Et basez l’aménagement de votre jardin sur le plan de votre véranda. Et pas l’inverse. Implantation, orientation et choix du revêtement de toiture sont des critères déterminants. Autre point d’attention essentiel: le placement correct des accès au jardin ou à l’allée de jardin.

Conseil : vérifiez si vous avez besoin d’un permis pour votre véranda.

2. Etablissez les bonnes bases

Étonnamment, certains constructeurs de vérandas prêtent peu d’attention aux fondations. Elles sont pourtant d’une importance capitale et doivent pour cette raison être exécutées correctement. La dalle de sol doit être isolée et être pourvue d’une barrière contre l’humidité. De cette manière vous éviterez la formation de condensation. Construire une véranda sans précaution préalable sur une assise dure peut entraîner des problèmes d’humidité.

3. Choisissez le bon vitrage

Comme les vérandas sont essentiellement constituées de verre, le choix du bon vitrage est capital. Il est recommandé de choisir un vitrage avec un faible facteur solaire et évidemment une bonne valeur isolante (valeur Ug). En cas de vitrage (de toiture) incliné, la valeur Ug est toujours moins bonne ; nous recommandons par conséquent d’utiliser une valeur Ug de minimum 1,0 pour le double vitrage isolant. L’utilisation de triple vitrage est aussi davantage recommandée à l’heure actuelle du fait que les pertes Ug du vitrage vertical vers le vitrage incliné sont ici minimales. Mais il pèse plus lourd, ce qui a des conséquences directes sur la taille des éléments de construction. Mais ne vous focalisez pas exclusivement sur la valeur isolante du vitrage. Il faut aussi faire attention à celle du cadre. Vous pouvez remplacer le cadre en aluminium par un matériau moins conducteur, si bien que le bord isole mieux.

Tenez certainement compte de la pénétration de lumière et la protection solaire. Si la véranda est destinée à être une pièce de vie, choisissez pour la toiture un type de vitrage avec une pénétration de lumière inférieure à 70%, pour prévenir la pénétration massive de lumière. Pour éviter la surchauffe, surtout si la véranda est exposée au sud ou à l’ouest, il est important de choisir un vitrage avec le bon indice solaire. Pour le vitrage de toiture, il existe des vitrages avec un facteur solaire de 28% voire moins. Pour les vitrages verticaux, vous pouvez choisir un vitrage avec un facteur solaire un peu plus élevé. Pour votre propre sécurité : au besoin, le vitrage doit répondre à la norme “NBN-S23-002.” Ainsi, vous êtes sûr que le risque de bris de vitre est réduit au minimum.

Lisez aussi : Véranda ou toit de terrasse : quelle est la meilleure option pour vous et pour votre habitation ?

Plein écran
Comme les vérandas sont essentiellement constituées de verre, le choix du bon vitrage est capital. © Sapa

4. Choisissez les bons profilés

Pour les vérandas, vous devez utiliser des profilés stables comme l’acier, l’aluminium ou le bois. Généralement, le PVC ne convient pas à cette application. Les profilés supportent le plus souvent la construction de toiture. Pour garantir la solidité de l’ensemble, de larges profilés sont donc la meilleure solution. Parfois, il est nécessaire de prévoir des renforts supplémentaires dans le mur ou la toiture pour répartir le poids sur les fondations. Le facteur isolation intervient naturellement aussi. Des profilés à rupture thermique sont très importants. Sinon, les profilés forment des ponts thermiques. La chaleur s’échappe et de la condensation se forme.

Nous avons déjà évoqué l’isolation avec le vitrage et les profilés, mais il ne faut pas perdre de vue l’ensemble! À l’heure actuelle, la quantité correcte d’isolation est bien évidemment un must. Mais n’exagérez pas. Il se peut que l’habitation existante ne soit pas si bien isolée. Fixez le niveau isolant en fonction de l’utilisation de la véranda et du degré d’isolation de votre maison ou du degré d’isolation futur que vous voulez qu’elle ait. Une véranda passive adossée à une ancienne maison non isolée n’a pas de sens.

5. Isolez et évitez l’humidité

L’isolation n’est efficace que si elle s’inscrit dans une démarche cohérente : pas seulement le vitrage, mais aussi les murs, le sol, l’habitation et les nœuds constructifs. Il est insensé de porter un gros pull et un manteau si vos pieds sont sur la glace. Une bonne exécution et le respect des détails de raccordement à l’habitation et des nœuds constructifs sont très importants pour éviter des problèmes d’humidité futurs. L’expérience et le savoir-faire de l’entrepreneur jouent ici un rôle important.

Une véranda est souvent adossée à des constructions existantes. Une barrière contre l’humidité et une isolation contre l’habitation sont donc très importantes. Dans de nombreux cas, le mur extérieur se poursuit de l’intérieur vers l’extérieur. Conséquence : risque de condensation et de moisissure. La solution consiste à isoler correctement jusqu’aux fondations. Les façades arrière existantes sont souvent exécutées de manière incorrecte si bien que l’humidité provenant du sous-sol pénètre. Confiez ce raccord à des hommes de métier expérimentés.

6. Prévoyez une ventilation

Enfin, un facteur qui est souvent lié à la problématique de l’humidité: la ventilation. Même remède que pour les autres pièces de vie: dans une véranda aussi, la ventilation est importante pour garantir une bonne qualité de l’air. Parce qu’elle est entièrement constituée de verre, la véranda se comporte souvent différemment d’une habitation traditionnelle. Et elle est souvent moins bien chauffée. La combinaison nouveau-existant a souvent un impact sur le degré d’humidité dans l’habitation. S’il augmente, il est indispensable de prévoir une bonne ventilation associée au chauffage, pour prévenir la condensation.

Lisez également 

Prévenir la surchauffe : volets à enrouleur ou une protection solaire ? 

Une maison bien fraîche : ne faites pas ces erreurs !

Calculé : que coûte une véranda ?

Source : Livios