Plein écran
© AFP

PayPal se retire de Libra, le projet de monnaie numérique de Facebook

PayPal a annoncé vendredi sa décision de ne finalement pas prendre part au projet de monnaie numérique de Facebook, la Libra, dont le lancement est prévu pour mi-2020, mais qui subit l'opposition croissante de nombre d'acteurs et régulateurs.

L'entreprise de services de paiements a déclaré dans un email avoir "pris la décision de se retirer de l'association Libra", un consortium de partenaires comme Visa et Mastercard, basé à Genève, à qui Facebook a confié la gouvernance et la gestion de son projet.

PayPal, qui devait investir au moins 10 millions de dollars dans le projet, comme chacun des membres de l'association, n'a pas donné les raisons de son changement d'avis. "Nous continuons à nous concentrer sur notre mission et nos priorités stratégiques - démocratiser l'accès aux services financiers des populations mal desservies", a simplement indiqué le groupe.

Une source proche de l'entreprise a expliqué au Financial Times qu'il "semblerait qu'il n'y ait eu que peu de travail de préparation fait avec les régulateurs financiers" et que les services de paiements tels que Paypal ne souhaitaient "pas voir l'attention des régulateurs déborder sur leurs affaires".

Un mode paiement unique 

Libra est censée offrir à partir de courant 2020 un nouveau mode de paiement en dehors des circuits bancaires traditionnels, permettant d'acheter des biens ou d'envoyer de l'argent aussi facilement qu'un message instantané.

Mais le projet a vite été critiqué par bon nombre de régulateurs et gouvernements à travers le monde. Ils s'inquiètent notamment de la mauvaise réputation de Facebook en matière de confidentialité et de protection des données personnelles. En juillet, le ministre des Finances américain Steven Mnuchin, a lancé un avertissement à Facebook, le gouvernement redoutant qu'une telle monnaie virtuelle ne soit utilisée pour blanchir de l'argent ou tromper le fisc.

"Nous restons favorables aux aspirations de Libra et avons hâte de continuer le dialogue sur des manières de travailler ensemble à l'avenir", a précise PayPal.

  1. La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Wallonie pourrait vendre ses crédits d’émissions de CO2 à la Flandre

    La Flandre n'atteindra sans doute pas les objectifs que l'Union européenne lui a fixés en matière de réduction des émissions de CO2, à savoir une réduction de 15,7 % entre 2005 et 2020. Elle pourrait dès lors racheter des crédits d'émissions à la Wallonie, ce que n'a pas formellement exclu le ministre wallon de l'Environnement, Philippe Henry (Ecolo), interrogé sur le sujet lundi, en commission du Parlement de Wallonie.