Plein écran
Donald Trump et le président chinois Xi Jinping (archive d’illustration, Osaka, Japon, 29 juin 2019) © AFP

Pékin avertit Washington: “Les Etats-Unis subiront les conséquences de leurs actes”

La Chine a réagi avec colère samedi à la dernière augmentation par les Etats-Unis des droits de douane visant les produits chinois, promettant que Washington "subira les conséquences" de ce "harcèlement".

Plein écran
© AFP

Les responsables européens ont également mis en garde le président américain Donald Trump contre une énième escalade de la guerre commerciale entre les deux pays -- qui devrait dominer l'ordre du jour au sommet du G7 qui débute à Biarritz.

Surenchère et ripostes: la dangereuse escalade

Furieux du relèvement vendredi par Pékin de droits de douane sur des produits américains représentant 75 milliards de dollars d'importations annuelles, M. Trump a opté pour la surenchère. Le locataire de la Maison blanche a annoncé le même jour que la totalité des 550 milliards de dollars de produits chinois importés aux Etats-Unis seront frappés de tarifs douaniers encore plus lourds d'ici fin 2019.

“Ne pas sous-estimer la détermination du peuple chinois”

Un porte-parole du ministère chinois du Commerce a dénoncé samedi dans un communiqué un "protectionnisme commercial unilatéral et de harcèlement". "Cette action porte gravement atteinte au système commercial multilatéral et à l'ordre normal du commerce international. Les Etats-Unis subiront les conséquences de leurs actes", a-t-il promis. "La Chine demande instamment aux Etats-Unis de ne pas mal juger la situation, de ne pas sous-estimer la détermination du peuple chinois, et d'immédiatement stopper leur approche erronée."

D'ici la fin 2019, la guerre commerciale menée à coup de tarifs douaniers devrait toucher l'ensemble des importations et exportations des deux pays.

Les Européens appellent à l’apaisement

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a averti samedi les Etats-Unis qu'une poursuite des tensions économiques entre Pékin et Washington conduirait le monde à la "récession". Emmanuel Macron, hôte de ce sommet du G7, a également mis en garde contre des "tensions commerciales" qui "sont mauvaises pour tout le monde".

  1. La Belgique aussi prête que possible pour le Brexit
    Play
    mise à jour

    La Belgique aussi prête que possible pour le Brexit

    Le gouvernement fédéral a fait le point vendredi sur la préparation de la Belgique à l’égard du Brexit, à six semaines de l’échéance des discussions entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. “Nous sommes prêts autant qu’il est possible de l’être, même si nous mesurons bien qu’il y a un certain nombre de points que nous ne pouvons pas prédire”, a assuré le Premier ministre Charles Michel.