Plein écran
Photo prétexte © photo_news

Plus de 6.000 emplois menacés par des licenciements collectifs en 2018

L'an dernier, 89 entreprises ont annoncé une procédure de licenciement collectif en Belgique, menaçant de la sorte un total de 6.027 emplois, ressort-il jeudi des chiffres du SPF Emploi.

L'annonce de la suppression de 1.233 emplois chez Carrefour en janvier de l'année dernière a pesé le plus lourd dans ces statistiques annuelles. Avec 2.174 travailleurs concernés, le secteur de la distribution a été le plus touché par les annonces de ce type, suivi de celui de la transformation du métal (802) et du transport (800).

Lorsque l'on examine les chiffres en fonction des Régions, c'est la Flandre qui domine avec 3.319 emplois menacés. Bruxelles (1.778) et la Wallonie (930) complètent le podium. Les données pour la capitale doivent toutefois être nuancées: le total précité comprend, pour une grande partie, les licenciements annoncés au siège central de Carrefour. En réalité, nombre de ces emplois concernent des magasins touchés par la restructuration au sein de ce groupe.

Plus de 5.000 postes ont disparu
2018 se situe entre les années 2017 (environ 3.800 emplois menacés par des licenciements collectifs) et 2016 (plus de 12.000). 

Dans le courant de l'année dernière, 73 procédures de licenciement collectif ont en outre été clôturées. Au final, ce sont 5.088 postes qui ont effectivement disparu, contre 5.602 qui étaient menacés lors des annonces. En moyenne, 9% des emplois ont donc été "sauvés" grâce à la concertation sociale.