Plein écran
© EPA

PSA et Fiat officialisent “une fusion à 50/50 sans fermeture d’usine”

 La fusion entre les constructeurs automobiles PSA et Fiat-Chrysler se fera “sans fermeture d’usine” ont assuré jeudi les deux sociétés dans un communiqué commun, précisant que les synergies annuelles sont estimées à “3,7 milliards d’euros”.

Le groupe français PSA et l’Italo-américain Fiat-Chrysler (FCA) ont annoncé jeudi être tombés d’accord “à l’unanimité” pour mettre en oeuvre “une fusion à 50/50 des activités des deux groupes” afin de créer une nouvelle entité qui serait basée aux Pays-Bas. “Les actionnaires des deux groupes détiendraient respectivement 50% du capital de la nouvelle entité et partageraient donc à parts égales les fruits de ce rapprochement”, précise un communiqué commun.

Le conseil d’administration serait composé de onze membres, cinq nommés par Fiat-Chrysler, cinq par PSA avec Carlos Tavares, l’actuel patron du constructeur français comme directeur général.

Par ailleurs, PSA envisage de céder ses parts au sein de l’équipementier Faurecia avant la fusion. “Avant la réalisation de l’opération, Peugeot S.A distribuerait à ses actionnaires ses 46% de parts dans Faurecia”, indique le communiqué commun.

La valorisation boursière de l’entité fusionnée est évaluée à environ 50 milliards de dollars (45 milliards d’euros). Un tel rapprochement ferait entrer la nouvelle entité dans le collège des mastodontes du secteur derrière Volkswagen, l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Toyota. Le groupe deviendrait dès lors le numéro 4 mondial du secteur. 

  1. Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    Le patron de la Loterie nationale favorable à une entrée en Bourse

    À l'image de la Française des Jeux (FDJ), qui a fait son entrée à la Bourse de Paris jeudi, le patron de la Loterie nationale verrait bien l'entreprise suivre le même schéma, à Bruxelles cette fois. "Un beau dossier pour l'investisseur belge", estime ainsi Jannie Haek dans les colonnes de L'Echo et De Tijd vendredi. Pour le ministre fédéral de tutelle David Clarinval (MR), une telle opération n'est toutefois "pas à l'ordre du jour".