Le centre commercial Rive Gauche à Charleroi.
Plein écran
Le centre commercial Rive Gauche à Charleroi. © Photo News

Réouverture des magasins: mode d’emploi

Après environ huit semaines de fermeture, tous les magasins peuvent rouvrir aujourd’hui/lundi 11 mai. Le secteur ne s’attend cependant pas à ce que les magasins soient bondés. “Nous espérons pouvoir commencer à 50 % de notre capacité en se basant sur les pays étrangers”, indique Comeos, qui représente les grandes chaînes. L’Unizo ne s’attend pas non plus à une ruée. “Nous nous attendons à un départ équilibré, sans trop de monde. En tout cas, les gens n’ont pas à avoir peur, nous sommes très bien préparés pour rendre les achats sûrs”, précise son directeur Luc Ardies.

  1. La batterie domestique est-elle rentable? “La durée de vie n’excède généralement pas 15 ans”
    Livios

    La batterie domestique est-elle rentable? “La durée de vie n’excède générale­ment pas 15 ans”

    La hausse des prix de l’énergie a provoqué un rush sur les panneaux solaires. Lorsque vous demandez un devis, l’installateur ne manque pas de vous proposer de vous équiper, en plus des panneaux, d’une batterie domestique. Le surcoût de plusieurs milliers d’euros en vaut-il réellement la peine? Le site de la construction Livios apporte plus de clarté à la situation.
  1. Plus d’un Belge sur deux craint pour son pouvoir d’achat

    Plus d’un Belge sur deux craint pour son pouvoir d’achat

    L’inflation et la hausse des prix arrivent en tête des préoccupations des Belges, citées par 55% des sondés, écrivent Le Soir et Het Laatste Nieuws dans leur édition de lundi, présentant les résultats du dernier Baromètre Le Soir- RTL-Ipsos-Het Laatste Nieuws-VTM. Suivent les impôts et les taxes (31%) et la pauvreté et les inégalités sociales (29%). Le regard tourné vers son assiette, le Belge relègue le changement climatique (22%) en quatrième position.
  2. DéFI propose la mise en place d’un bouclier social à 1.500 euros par mois
    Pouvoir d'achat

    DéFI propose la mise en place d’un bouclier social à 1.500 euros par mois

    Pour lutter contre la précarité, DéFI propose la mise en place d'un bouclier social fixé à 1.500 euros par mois. "Nous ne croyons pas à un chèque inconditionnel pour tout le monde, même à ceux qui n'en ont pas besoin. Nous croyons plus en une sorte de bouclier social qui garantisse que personne n'ait moins de 1.500 euros par mois pour vivre", a développé le président du parti François De Smet sur le plateau de l'émission 'Jeudi en prime' sur la RTBF.