Plein écran
© anp

Sony va supprimer 1.100 emplois de plus que prévu

Le géant japonais de l'électronique Sony, qui avait prévu de réduire de 1.000 personnes ses effectifs dans sa filiale de mobiles, a annoncé mercredi que le total de postes supprimés atteindrait finalement 2.100 d'ici à la fin de l'exercice 2015/16.

Plein écran
© reuters

La première tranche qui correspondait à 15% du personnel avait été décidée en septembre. Le tout reviendra donc à réduire de quelque 30% le nombre total d'employés de Sony Mobile Communications pour tomber à environ 5.000 salariés fin mars 2016, si l'on se réfère aux chiffres donnés par le patron de Sony, Kazuo Hirai, l'an passé. Sony a précisé que cette diminution de la main-d'oeuvre lui permettrait une substantielle économie dans les prochaines années.

Confronté à une concurrence très vive sur le segment des smartphones, le groupe est en train de revoir les zones de commercialisation de ses appareils ainsi que la constitution de sa gamme pour ne pas se ruiner dans des batailles impossibles à gagner, notamment sur les marchés comme la Chine où le combat face à des fabricants locaux est infernal.

Sony préfère se concentrer sur les pays comme les Etats-Unis, le Japon ou la France où sont appréciés ses smartphones haut de gamme Xperia, via des partenariats avec les opérateurs, même si ces modèles y affrontent ceux du sud-coréen Samsung et de l'américain Apple. Sony, maison fondée après-guerre par Akio Morita, n'en finit pas de prendre des décisions drastiques à l'égard de plusieurs de ses activités (TV, PC...) afin de tenter de renouer durablement avec les bénéfices.

  1. Ces communes bruxelloises où le marché immobilier explose

    Ces communes bruxelloi­ses où le marché immobilier explose

    À Bruxelles, la moitié des biens immobiliers ont été vendus à un prix supérieur à 410.000 euros en 2019. C'est le prix médian le plus élevé en Belgique. Comme ailleurs dans le pays, l'immobilier se maintient ou augmente légèrement (+3,8% sur la région sans tenir compte de l'inflation). Dans certaines commune de la capitale par contre, le marché explose. A Saint-Gilles, Jette, Schaerbeek et Ixelles, le prix médian a augmenté de 10 à 16% l'an dernier.