Plein écran
Il s'agirait de la première grève d'ampleur chez General Motors depuis 2007. © REUTERS

Un syndicat américain promet une grève de grande ampleur chez General Motors à partir de minuit

Le syndicat de travailleurs d'Amérique du Nord United Auto Workers a appelé dimanche ses affiliés travaillant chez General Motors à travers les États-Unis à la grève, dès minuit dimanche soir. Les affiliés UAW sur les différents sites américains du constructeur GM sont plusieurs dizaines de milliers (46.000 selon CNN, 48-50.000 selon Reuters). Il s'agirait de la première grève d'ampleur chez GM depuis 2007.

Lors d'une conférence à Detroit dans le Michigan, où est basée l'entreprise, le vice-président du syndicat Terry Dites a expliqué que la direction de General Motors et les représentants des UAW n'étaient pas parvenus à s'entendre sur les points essentiels d'un prochain accord, en matière de rémunération des travailleurs et de couverture santé, entre autres. 

"Les responsables syndicaux de tout le pays se sont réunis dimanche matin après l'expiration samedi dans la nuit de la convention collective de General Motors datant de 2015, et ont choisi de se mettre en grève à minuit dimanche", a écrit le syndicat UAW dans un communiqué.

Un test également pour le syndicat 

GM souhaite fermer des usines d'assemblage de véhicules en Ohio et Michigan, ce qui met également en colère le syndicat, qui met de son côté en avant les bénéfices plantureux que l'entreprise réalise justement en Amérique du Nord. 

Selon Reuters, GM verra la grève débuter en ayant encore des stocks importants de certains de ses véhicules clés. Les médias américains soulignent dimanche que la grève ne sera pas seulement un test pour l'entreprise, mais également pour le syndicat, qui dédommage ses affiliés grévistes à un niveau bien moindre que le salaire qu'ils peuvent espérer en travaillant.

  1. Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"
    Mise à jour

    Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"

    La nouvelle ministre fédérale de l’Emploi et de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) a estimé que l’annonce jeudi de la reprise de 62 agences de voyage dépendant de Thomas Cook Retail Belgique par l’entreprise espagnole Wamos était une nouvelle porteuse d’”espoir”. S’exprimant dans le cadre de l’émission “De Ochtend” sur Radio 1 (VRT), elle a cependant précisé qu’elle “continuait d’être préoccupée” par la part du personnel belge qui n’est pas concernée par cette reprise, soit plus de 300 personnes qui devraient malgré tout perdre leur emploi.