Plein écran
Christie Morreale, ministre wallonne de l'Emploi. © BELGA

Une cellule de reconversion côté wallon pour les employés licenciés de Thomas Cook

La ministre wallonne de l'Emploi, Christie Morreale (PS), a annoncé vendredi qu'une "cellule de reconversion" spécifique pour les employés wallons licenciés par les entités belges de Thomas Cook et non repris par l'entreprise espagnole Wamos serait rapidement mise sur pied par le Forem, l'Office wallon de la formation professionnelle et de l'emploi.

La ventilation géographique des pertes d'emplois n'est en revanche pas encore connue, car on ne sait pas spécifiquement quels employés sont concernés par la reprise de 62 agences de voyages du réseau Thomas Cook/Neckermann par Wamos. 

Le réseau d'agences géré par Thomas Cook Retail Belgique en comprenait 91 en tout, pour environ 500 emplois, en grande majorité en Flandre. La reprise d'une partie par Wamos s'accompagne d'une bonne nouvelle pour une partie du personnel, soit 195 personnes, essentiellement du personnel d'agences (150).
On attend davantage de précisions lors d'une conférence de presse de Thomas Cook vendredi après-midi, à partir de 16h30. 

"Si une éclaircie se dessine pour 200 membres du personnel et nous devons nous en réjouir, il n'en demeure pas moins que 300 hommes et femmes ont aujourd'hui reçu la confirmation qu'ils perdaient leur emploi. Je me dois donc à la fois de saluer la reprise par le groupe espagnol Wamos dans des conditions qui semblent satisfaisantes pour les travailleurs mais aussi, dans un même temps, d'exprimer tout mon soutien et ma solidarité envers celles et ceux qui viennent de perdre leur emploi", précise la ministre Christie Morreale. 

Une "cellule de reconversion Thomas Cook" au sein du Forem avait été demandée par les syndicats à la ministre. Une telle "cellule de reconversion" peut être créée après un licenciement collectif, pour assister les travailleurs touchés dans leur reconversion vers un nouvel emploi, en général pour une durée d'un an mais avec une possibilité de prolongation, précise-t-on à son cabinet.