Le siège de bpost à Bruxelles.
Plein écran
Le siège de bpost à Bruxelles. © BELGA

Une “cotisation corona” demandée par bpost: “À quoi jouent-ils ?”

Bpost demande un effort des clients contractuels pour couvrir en partie la hausse de ses coûts. L'entreprise va temporairement demander un supplément par colis comme elle le fait en période de fin d'année, a indiqué jeudi hln.be. Bpost a confirmé l'information.

"Nous traitons des volumes exceptionnels. C'est déjà le cas depuis quelques semaines et cela ne fait qu'augmenter", explique la porte-parole de bpost Barbara Van Speybroeck. "Cela concerne des quantités que nous ne voyons qu'en fin d'année".

En fin d'année, bpost facture un supplément à ses clients professionnels, des entreprises qui confient de nombreux colis via un contrat. "Nous faisons cela car nous sommes tout d'un coup confrontés à 10 fois leurs volumes".

Ce principe est désormais appliqué temporairement par bpost "pour continuer à fonctionner" durant la crise du coronavirus, explique la porte-parole. "Grâce à la contribution de 25 centimes par colis, nous pouvons couvrir une partie des dépenses supplémentaires pour les mesures de sécurité indispensables", dit-elle. Le supplément serait inférieur à celui de la fin d'année.

Il s'agit, pour les entreprises concernées, d'une hausse tarifaire inférieure à 10%, selon la porte-parole. L'impact dépend de leur contrat. Il n'y a pas de supplément pour l'envoi de colis par des particuliers.
Malgré l'augmentation de la charge de travail, bpost indique que la plupart des colis sont toujours triés la même nuit. 

“À quoi joue donc bpost?”

“À quoi joue donc bpost ?”, fulmine Christine Mattheeuws, présidente du Syndicat neutre pour indépendants (SNI), à l’annonce par l’entreprise postale d’une cotisation temporaire de 25 centimes sur les colis.

“C’est un très mauvais signal envoyé aux indépendants. Il leur faut tout le soutien qu’on peut leur donner en ces périodes de crise. Cette prise de position va complètement à l’encontre de leurs besoins. Elle est incompréhensible et économiquement irrationnelle puisque certains indépendants vont renoncer aux livraisons ou avoir recours à d’autres prestataires”, dit Christine Mattheeuws.

Le SNI demande que bpost fasse marche arrière sur cette “cotisation Corona”. 

  1. Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Sortie du nucléaire: quel impact sur la facture des ménages?

    Un volet concret du coût de la sortie du nucléaire concerne le financement du mécanisme de rémunération de capacité (CRM), via lequel des subsides seront accordés à de nouvelles capacités de production d'électricité. La Creg, le régulateur fédéral du secteur de l'énergie, estime que les subsides qui seront octroyés coûteront entre 614 et 940 millions d'euros par an, avec un impact très différent selon les consommateurs, rapportent La Libre Belgique et Le Dernière Heure jeudi.