Plein écran
© belga

Une offre ferme de 12,35 milliards de General Electric

AlstomLe conseil d'administration d'Alstom a annoncé mercredi étudier "l'adossement" de sa branche énergie à l'Américain General Electric, dont il a reçu une offre ferme de 12,35 milliards d'euros, sans fermer la porte à d'autres offres non sollicitées, notamment celle de l'Allemand Siemens.

"Alstom étudie l'adossement de ses activités énergie à GE", a indiqué le groupe dans un communiqué. "Le conseil d'administration d'Alstom reconnaissant à l'unanimité les mérites stratégiques et industriels de cette offre, et ayant pris note des engagements publics souscrits par GE, a décidé de mettre en place un comité d'administrateurs indépendants, conduit par Jean-Martin Folz, pour procéder, d'ici à la fin du mois de mai, à un examen approfondi de l'offre", a-t-il ajouté.

Le produit de la cession permettra à l'industriel français en difficulté "de renforcer ses activités transport, leur donner le moyen d'un développement ambitieux, rembourser sa dette et redistribuer le solde à ses actionnaires", a-t-il précisé.

S'il a recommandé l'offre de GE, le conseil d'administration d'Alstom ne ferme toutefois pas la porte à d'autres propositions non sollicitées pour la reprise des activités énergie. Il a dit ainsi avoir pris connaissance d'une déclaration d'intérêt de l'Allemand Siemens, qui "aura un accès équitable à l'information lui permettant, le cas échéant, de soumettre une offre ferme".

Le conseil d'administration d'Alstom s'est tenu mardi soir, sous haute surveillance de l'Etat, soucieux de préserver l'emploi.

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a demandé une reprise mercredi de la cotation du titre d'Alstom à la Bourse de Paris, suspendue depuis le 25 avril.

Alstom possède plusieurs sites en Belgique: à Marcinelle (Charleroi), Marchienne-au-Pont (Charleroi), Dison (près de Verviers), à Saint-Gilles (Bruxelles) et Muizen (Malines).