Plein écran
Comment en finir avec les files? © Dieter Nijs

Une taxe kilométrique “super intelligente” pour en finir avec les files

Mise à jourDes chercheurs estiment qu’un système de taxe kilométrique dite “super intelligente", dont les tarifs varient même durant les heures de pointe, mettrait définitivement un terme aux embouteillages qui empoisonnent la vie des automobilistes sur nos routes.

Sujet sensible s’il en est, la mobilité reste problématique dans et aux abords des grandes villes belges telles que Bruxelles, Anvers ou encore Liège. Depuis de nombreuses années, le monde politique se creuse les méninges pour décongestionner le trafic. S’il l’on observe tout de même une diminution de l’usage de la voiture au profit d’autres moyens de transport (en commun ou plus verts), force est de constater que les files ne diminuent pas. Pis, les redoutées heures de pointe grignotent les heures creuses.

Cela s’explique tout simplement par le fait que les mesures prises pour réduire la place et l’usage de la voiture en ville n’ont pas suffisamment incité les automobilistes à délaisser leur voiture, surtout pas si elle est de société. Et puisque le RER se fait désespérément attendre...

Deux régions, deux visions

Que faire alors? Pour de nombreux observateurs, il convient de revoir la fiscalité automobile. La Flandre, la N-VA en particulier, plaide depuis des années pour l’instauration d’une taxe kilométrique, si possible intelligente. Cela signifie que les usagers de la route paieraient plus ou moins selon l’heure à laquelle ils circulent. La Wallonie préfère quant à elle l’option d’une vignette forfaitaire, du fait de sa plus grande superficie. Elle estime que les automobilistes wallons seraient pénalisés par une taxe kilométrique, fusse t-elle intelligente, puisque ceux-ci ont davantage de distance à parcourir que leurs homologues flamands.

Quoiqu’il en soit, la taxe kilométrique ne devrait pas voir le jour de sitôt, même au nord du pays. En effet, faute de soutien, le ministre flamand de la Mobilité Ben Weyts (N-VA) a dû enterrer le projet. Il n'est d’ailleurs nullement mentionné dans la note rédigée par Bart De Wever qui doit jeter les bases du prochain gouvernement flamand. A moins que le CD&V, qui vient de remettre cette taxe à l’ordre du jour, ne parvienne à convaincre les parti(e)s concerné(e)s d’aller dans ce sens.

Les négociateurs flamands pourraient bien s’appuyer sur l’idée des économistes Stef Proost (KU Leuven) et Bruno De Borger (UAntwerp). Dans une publication de l’université de Louvain, les deux chercheurs vont plus loin et proposent un système de taxe kilométrique “super intelligente.” Le prix varie non seulement entre les heures de pointe et les heures creuses, mais également pendant les heures de pointe. Vous l'aurez compris, le prix serait plus élevé durant le pic. Une telle mesure, si elle est appliquée de manière intelligente, ferait disparaître les files, sans même devoir rediriger tout ce petit monde vers les transports en commun, avancent les deux experts.

Un gain de temps et donc d’argent

Dans leur système, l’heure de pointe matinale est comprise entre 7h10 et 9h10, avec un pic à 8h30. Les navetteurs paieraient un maximum de 6,66€ par trajet à l’intérieur de cette tranche et 3,33€ en moyenne. Le but étant bien entendu de décaler autant que faire se peut les heures de départ et donc d’arrivée des travailleurs en répartissant mieux le trafic pour éviter les embouteillages. Pour bien faire, le prix de cette taxe super intelligente devrait changer toutes les 5 minutes. Avantage non négligeable de cette mesure: les navetteurs perdraient moins de temps dans les files et resteraient donc plus longtemps chez eux.

Alléchant de prime abord, ce système pénaliserait par contre les travailleurs les moins flexibles qui paieraient donc le prix fort, n’ayant pas le choix de faire autrement. Puisque le temps, c'est de l'argent, les chercheurs insistent sur le fait qu’ils paient déjà plus, même sans cette taxe. Ils proposent en outre ce qu’ils appellent une “mini taxe super intelligente”, dont les prix seraient divisés par deux et qui permettrait tout de même de réduire de 75% les embouteillages. Dans ce cas de figure, l’heure de pointe irait de 7h50 à 8h50.

Plus avantageux que la taxe de circulation

En plus de supprimer les files, cette taxe kilométrique super intelligente serait plus avantageuse pour les utilisateurs que la taxe de circulation actuelle,  conclut l'étude, qui préconise de l’appliquer également aux camions.

Touring favorable: “Normal de taxer l’usage plutôt que la propriété”

Contactée par 7sur7, Touring, l’association de défense des automobilistes, se dit favorable à l’instauration d’une taxe kilométrique super intelligente. Ce qui n’est pas une surprise en soi puisque l’organisation pousse depuis un certain temps pour que la taxe kilométrique remplace les taxes actuelles.

Ainsi, pour Touring, cette “taxe est d’autant ‘super intelligente’ qu’elle permet à la fiscalité belge d’être ‘à jour’ avec la tendance et l’évolution ‘inévitable’ de la mobilité durable”, souligne le porte-parole Lorenzo Stefani. “Puisque le partage prend le pas sur la possession (car sharing, covoiturage, etc...), il est donc normal de taxer l’usage plutôt que la propriété”, ajoute le communicant.

Néanmoins, Touring insiste sur le fait que cette taxe ne doit en aucun cas coûter plus cher que celles actuellement en vigueur et, surtout, qu’elle doit être uniformisée à l’échelle nationale, voire, à terme, européenne. “Il n’est pas concevable qu’un Namurois qui se rend à la Côte soit taxé pour les kilomètres parcourus en Flandre en plus des taxes actuelles en Wallonie, où la fameuse vignette a pour l’instant la préférence”, prévient Lorenzo Stefani, qui plaide pour la création d’une “commission fédérale de la mobilité”, comme c’est déjà le cas pour la sécurité routière.