Plein écran
L’inflation © Shutterstock

Voilà pourquoi le taux d’inflation bas est un problème pour les épargnants

EconomieLe rendement des comptes d’épargne n’est pas assez élevé pour compenser l’inflation. Ainsi, les épargnants perdent beaucoup d’argent. 

Dans la zone euro, l’inflation (l’augmentation des prix d’un ‘panier’ de biens de consommation courants sur la période d’une année, exprimée en pourcentage - NDLR) a augmenté de 1,4% au mois de mars à 1,7% au mois d’avril. Cette augmentation considérable s’explique par les vacances de Pâques. Durant cette période, les tour-opérateurs augmentent les prix de leurs voyages à forfait, ce qui augmente le taux d’inflation. Par ailleurs, l’effet de Pâques est un phénomène temporaire et le taux d’inflation sera à nouveau réduit ce mois-ci, probablement.

Pour les épargnants, l’évolution de l’inflation est très pertinente. Elle indique dans quelle mesure le niveau général des prix augmente. Selon le scénario idéal, vos épargnes se multiplient plus rapidement que les prix n’augmentent. Mais ceci n’est plus le cas depuis un certain temps. Ainsi, pour notre pays, le Bureau fédéral du plan se base cette année-ci sur une inflation moyenne annuelle de 1,7%. Il s’agit d’une grande différence par rapport au taux minimal légal (0,11%) que de nombreux comptes d’épargne accordent actuellement. Concrètement: un tel compte d’épargne réduit de 1,59% votre pouvoir d’achat. Par conséquent, avec l’argent que vous mettez de côté aujourd’hui, vous pourrez moins acheter l’année prochaine.

Les banques suivantes accordent les meilleurs taux d’épargne.  

Les alternatives

Actuellement, les épargnants peuvent uniquement tenter de limiter les dégâts, car il n’existe pas de comptes d’épargne dont les intérêts sont supérieurs à l’inflation. Avec un taux global de 0,9%, le DB Saving Plan de Deutsche Bank accorde le taux d’épargne le plus élevé. Les autres produits d’épargne n’offrent pas non plus d’alternatives pour battre l’inflation. Certains comptes à terme accordent un taux net (donc après déduction du précompte mobilier) qui correspond plus ou moins au taux d’inflation, mais dans ce cas, vous devez opter pour une durée de 7-10 ans. Pendant cette période, vous ne pourrez pas retirer d’argent de votre compte sans être sanctionné(e). Et les assurances-épargne (ce que l’on appelle les ‘produits de la branche 21’) n’offrent pas de solution non plus. 

Actuellement, uniquement ceux qui prennent plus de risques, parviennent à battre l’inflation. Durant les 5 dernières années, plusieurs plans d’investissement sont parvenus à réaliser un rendement annuel moyen de 5% ou plus. Toutefois, en ce qui concerne les investissements, vous n’aurez aucune garantie d’obtenir un rendement positif et lors des années boursières décevantes, votre rendement pourra même être négatif.

Comparez les rendements des plans d’investissement.  

Les risques liés au taux d’inflation bas

Certains épargnants rêvent peut-être d’une baisse ultérieure de l’inflation, qui pourra réduire - ou même neutraliser - la perte au niveau du pouvoir d’achat. Pourtant, les épargnants ne pourraient en profiter qu’à très court terme. Au cas où le taux d’inflation serait trop bas, les consommateurs risqueraient de reporter leurs achats. En effet, pourquoi achèteriez-vous quelque chose aujourd’hui qui serait à peine plus cher ou même meilleur marché demain? Ce mécanisme est néfaste pour l’économie et dans un tel scénario, la Banque Centrale Européenne (BCE) ne sera surtout pas encline à augmenter les taux. 

Par conséquent, un taux d’inflation trop bas peut mener à la non-augmentation des taux d’épargne. Voilà pourquoi la BCE vise une inflation légèrement inférieure à 2%, car à ce niveau-là, les prix n’augmenteront ni trop lentement, ni trop rapidement pour l’économie. Toutefois, pour l’instant, la BCE ne parvient pas à réaliser cet objectif, ce qui complique une éventuelle augmentation des taux.

Lisez également:

Voici les comptes d’épargne qui accordent le meilleur rendement actuellement  

4 pièges psychologiques que les épargnants doivent éviter   

Voilà pourquoi le crowdfunding a le vent en poupe   

Source: Guide-epargne.be