Plein écran
© photo_news

Voo a secrètement été vendu en mai

Nethys a signé une offre liante avec le fonds d'investissement Providence en mai dernier, avant les élections, révèle Le Soir, samedi. Sa maison mère Enodia (ex-Publifin) n'aurait déjà plus voix au chapitre.


Selon des informations récoltées par le quotidien, une offre liante pour la vente du télédistributeur Voo a été signée un peu avant le 24 mai avec le fonds d'investissement américain Providence. Cela signifie que Voo était
déjà secrètement vendu avant les élections régionales et fédérales qui se sont tenues voilà plus de trois mois.
L'accord prévoit la cession de 50% plus une action de Voo à Providence, écirt Le Soir. Voo SA (anciennement connue sous le nom de Newco 2) est une filiale de Nethys dans laquelle sont logés ses actifs télécoms, de télédistribution, la société Be TV et les call-centers.

Condition suspensive

La clôture de l'opération est prévue pour cet automne. La date du 24 octobre est citée. Mais la conclusion du deal est soumise à une condition suspensive majeure: que les actionnaires wallons et bruxellois du télédistributeur Brutélé, partenaire de Nethys au sein de Voo, acceptent de céder leurs parts à Enodia (ex-Publifin), la maison mère de Nethys. La cession de Brutélé devra au préalable être avalisée par les six communes bruxelloises et les communes de la région de Charleroi qui en sont les actionnaires. Le timing est serré.

  1. Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"
    Mise à jour

    Thomas Cook: la ministre Muylle reste préoccupée par "les 300 personnes non reprises"

    La nouvelle ministre fédérale de l’Emploi et de l’Economie Nathalie Muylle (CD&V) a estimé que l’annonce jeudi de la reprise de 62 agences de voyage dépendant de Thomas Cook Retail Belgique par l’entreprise espagnole Wamos était une nouvelle porteuse d’”espoir”. S’exprimant dans le cadre de l’émission “De Ochtend” sur Radio 1 (VRT), elle a cependant précisé qu’elle “continuait d’être préoccupée” par la part du personnel belge qui n’est pas concernée par cette reprise, soit plus de 300 personnes qui devraient malgré tout perdre leur emploi.