La ville de Castiglione d’Adda a été placée en quarantaine.
Plein écran
La ville de Castiglione d’Adda a été placée en quarantaine. © Photo News

70% de ces donneurs de plasma italiens étaient positifs au coronavirus

Dans le petit village de Castiglione d’Adda en Lombardie, 40 des 60 donneurs de sang ont été testés positifs au coronavirus. La plupart ne présentaient aucun symptôme. 

La Lombardie est la région la plus touchée par le virus en Italie et des appels aux dons de sang sont régulièrement lancés. L’urgence est telle que les hôpitaux manquent cruellement de plasma pour palier aux besoins de leurs patients. L’hôpital de Codogno a dernièrement récolté une soixantaine de dons, mais très peu ont pu être utilisés dans l’immédiat. Seulement 30% des donneurs n’étaient pas contaminés et parmi eux, très peu avaient suffisamment d’anticorps dans leur sang. 

La commune de Castiglone d’Adda compte 4.500 habitants au total, avec 190 cas de coronavirus et 80 décès. “Si nous avions eu 70% des contaminés dans les deux villes voisines de Codogno et Casale”, a expliqué le médecin Andrea Castorina, “les salles de réanimation de toute la région n’auraient pas suffi”.

L’identification des positifs asymptomatiques

Les personnes qui ont fait don de leur plasma ne présentaient pour la plupart aucun symptôme et étaient totalement inconscientes d’être porteuses du virus. Dès l’annonce du résultat, ils ont été placés en quarantaine mais personne ne sait encore si une personne qui a été malade ne le sera plus jamais.  “Pendant quelques jours, ils ont pu circuler avec le virus”, poursuit le médecin. “L’un d’eux est allé travailler. J’ai fait moi-même des prélèvements alors j’ai peut-être contracté le virus et je suis devenu un porteur sain. Il faut trouver une solution sinon nous ne pourrons malheureusement jamais nous sortir de cette situation”.

Pour le scientifique, “l’identification des positifs asymptomatiques est sans aucun doute fondamentale et cette collecte d’informations aide le personnel de santé à mieux suivre la propagation du virus”.

Une thérapie avec le sang des contaminés

La forte présence du virus dans la région de la Lombardie permet d’identifier des personnes qui ont le virus et qui restent sans symptômes. Leur plasma est intéressant car il est riche en anticorps contre le virus corona. Une nouvelle étude a pour but d’obtenir des médicaments dérivés de ce plasma et de l’administrer aux patients les plus fragiles atteints de maladies chroniques et en particulier les patients atteints du Covid-19.