Accusé du meurtre de sa mère, Mohamed ne voulait pas se défendre

La cour d'assises de Liège a entamé mardi, par la lecture de l'acte d'accusation, le procès de Mohamed Boughaiout, un Liégeois âgé de 33 ans accusé du meurtre de sa mère. Ses avocats ont annoncé en début de procès que Mohamed Boughaiout ne voulait initialement pas se défendre des faits.

Plein écran
- Palais de Justice de Liège- Gerechtsgebouw Luik16/10/2017pict. by Christophe Licoppe © Photo News © Photo News

Mohamed Boughaiout avait tué sa mère âgée de 62 ans le matin du 20 octobre 2017 à Liège. Le corps de Fatima El Mezouar avait été découvert le lendemain, plongé dans un ruisseau dans un village de la commune de Stoumont.

Après la découverte du cadavre de la victime, l'enquête avait déterminé l'implication de son fils, Mohamed Boughaiout. L'analyse de la téléphonie avait démontré qu'il avait fait un déplacement dans la région où le corps avait été découvert. Un témoin avait aussi exposé avoir assisté au manège suspect de Mohamed Boughaiout lorsqu'il avait placé dans sa voiture le corps de sa mère emballé dans des draps de lit

Mohamed Boughaiout avait endossé plusieurs condamnations, principalement pour des faits de vols avec violences. Il était sorti de prison en mai 2017 et purgeait sa peine sous le régime du bracelet électronique. L'accusé était très demandeur d'argent auprès de ses proches et de sa mère qui prenait en charge toutes ses dépenses.

Fatima El Mezouar avait mesuré l'emprise que son fils avait sur elle et elle avait décidé qu'elle ne lui donnerait plus d'argent. Il devait se débrouiller avec ce qu'il percevait dans le cadre d'une formation entamée après sa sortie de prison.
Mohamed Boughaiout avait utilisé une ceinture placée autour du cou de sa mère pour l'étrangler. Il avait commis cet acte vers 07h00 et avait décidé d'évacuer le corps vers 17h00. Les raisons de son geste sont restées imprécises. Selon Mohamed Boughaiout, sa mère lui a demandé pourquoi il commettait ce geste, elle lui a dit qu'elle l'aimait et elle lui a demandé de prendre soin de ses sœurs.

La principale cause du décès de Fatima El Mezouar est une asphyxie par strangulation. Mais ce décès pourrait aussi avoir été complété par une noyade, le corps de la victime ayant été plongé dans l'eau alors qu'elle était encore agonisante.
Après la lecture de l'acte d'accusation, la défense de Mohamed Boughaiout a pris brièvement la parole pour présenter son acte de défense. Me Maxim Töller a indiqué que son client n'avait pas souhaité se défendre de l'acte commis sur sa mère. "Il ne veut pas se défendre, il n'a pas réclamé d'audition de témoins ou de devoirs particuliers. Il n'avait pas demandé à être assisté d'un avocat. Mais nous allons le défendre, sans pour autant tenter de le faire échapper à ses responsabilités. Il doit être reconnu responsable de ce qu'il a fait uniquement", a-t-il déclaré.

  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.