Plein écran
Des vidéos montrent notamment la trentenaire avoir des relations sexuelles avec un pitbull. © Getty Images/iStockphoto

“Amie des animaux”, elle couchait avec ses protégés

SuisseEn Suisse, un couple a été récemment condamné pour avoir été l'auteur de pratiques zoophiles. L’enquête a démontré que la femme, une trentenaire fondatrice d’une association de défense des animaux, avait eu des relations sexuelles avec plusieurs chiens, relate 20 minutes.

Initialement, c’est son compagnon, un maçon quadragénaire, qui avait des penchants zoophiles. L’homme a ensuite embarqué sa compagne, une mère de famille de 37 ans, dans son délire pervers. 

Les enquêteurs ont retrouvé de nombreux mails et captures d’écran explicites sur l’ordinateur du maçon suisse. Des vidéos filmées entre 2011 et 2012 montrent sa compagne en pleins ébats sexuels avec un pitbull. Plus récemment, elle s’est adonnée aux mêmes pratiques avec l’un des chiens du couple.

La perverse gérait un “paradis pour animaux”

Le téléphone portable de la femme contenait également des images et des vidéos à caractère zoophile. Sur une photo, on la voit par exemple tenir le sexe d’un poney. Il est important de noter que cette femme est la fondatrice d’une association de défense des animaux, et qu’elle est notamment responsable d’une ferme accueillant des bêtes promises à l’abattoir.

Etant donné que leurs actes ont enfreint les lois sur la protection des animaux et sur la pornographie, le couple a été condamné à 80 jours de prison avec sursis et à 500 francs (environ 454 euros) d’amende.

Les animaux abusés ont été placés dans un refuge depuis le mois d’août.

  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.