Appâtée par un enfant perdu, elle a failli se faire enlever

LiègeUne jeune Liégeoise vit dans l’angoisse depuis qu’elle pense avoir évité, de justesse, d’être enlevée. Avec son récit plutôt perturbant, elle veut mettre en garde les jeunes filles qui pourraient tomber dans le piège.

Plein écran
Le garçon devait aller à la gare des Guillemins mais ne connaissait pas le chemin. © Photo News

Ce lundi 20 janvier restera certainement gravé pendant longtemps dans la mémoire d’une jeune Liégeoise. Ce jour-là, alors qu’elle rentre chez elle à pied, après une journée de travail, elle aperçoit un jeune garçon de 14 ans qui a l’air perdu. “On était dans le milieu d’après-midi lorsque le petit m’interpelle pour me demander le chemin pour rejoindre les Guillemins. À ce moment-là, on était du côté de Burenville et c’était un peu compliqué de lui donner une seule indication, puisque plusieurs itinéraires mènent à la gare”, explique la jeune femme.

Peinée par la situation, alors que les chauffeurs de bus ont décidé de débrayer suite aux incidents qui se sont déroulés du côté de Droixhe le matin même, elle veut venir en aide. Après que le garçon lui a dit que personne ne pouvait venir le chercher,  elle essaie de contacter sa mère pour qu’ensemble, elles l’amènent à destination. Mais celle-ci est occupée. Elle tente du côté d’amis qui, eux aussi, ne peuvent l’aider. Enfin, elle contacte les services de taxi : “On m’a dit qu’aucun taxi n’était libre. J’étais pourtant prête à lui payer la course. J’ai donc décidé de l’accompagner moi-même à pied.”

Un plan bien rodé

Sur le chemin, elle lui pose quelques questions et apprend que l’adolescent est scolarisé dans une école à proximité. Il reste toutefois très évasif, ce qui n’inquiète pas la jeune femme sur le coup. “Sur le chemin, alors que j’indiquais au petit qu’on apercevait déjà la Tour des Finances, le garçon est devenu tout rouge. Il avait l’air mal à l’aise, pas bien et un peu stressé. Je lui ai demandé ce qu’il se passait et il a hésité à me répondre avant de dire que je pouvais partir. Je ne comprenais pas pourquoi. J’ai insisté pour savoir”, indique la bonne Samaritaine. “Là, il me dit qu’un homme m’attendait au bout de la route et qu’il lui avait donné pour mission d’accompagner une fille pour qu’il l’enlève.”

C’est la douche froide pour la Liégeoise qui, prise de panique, fait demi-tour sans même un regard en arrière. En se pressant pour rentrer chez elle, elle appelle sa petite sœur : “Ça a été mon premier réflexe, parce qu’elle emprunte tous les jours ce chemin-là et j’avais peur pour elle.”

Aucun autre cas pour le moment

Après une nuit d’angoisse durant laquelle elle n’a dormi que trois heures et une journée de travail sur les nerfs, elle s’est rendue, ce mardi, à la police pour y parler des événements. “J’avais une boule dans le ventre, je ne voulais pas y aller seule. J’ai peur d’être devenue un peu paranoïaque. Ma mère m’y a emmenée. Après avoir fait ma déclaration, la police m’a expliqué qu’ils allaient retracer le parcours du garçon grâce aux vidéos des caméras de surveillance”, conclut la jeune femme.

La police a indiqué que le dossier était entre les mains du parquet de Liège. Contacté par nos soins, le parquet est au fait des événements qui se sont déroulés ce lundi mais révèle qu’aucun autre cas similaire ne leur a été rapporté. 

Retrouvez ici toute l’actualité en région liégeoise.