Photo d'illustration
Plein écran
Photo d'illustration © BELGA

C’est le chaos dans les recyparcs de la région de Charleroi

Depuis le 12 mai dernier, tous les recyparcs de la région de Charleroi sont de nouveau accessibles aux citoyens. Ils ont rouvert leurs portes petit à petit à partir du 21 avril. La crise sanitaire que vit toujours notre pays les avait contraints à fermer.

Le réseau de recyparcs de Tibi est actuellement saturé suite à une affluence anormalement élevée. C’est ce qu’annonce l’Intercommunale de gestion intégrée des déchets dans la région de Charleroi sur sa page Facebook officielle.

À peine vidangés et déposés à quai, les conteneurs sont à nouveau pleins en raison de l’énorme quantité de déchets qui est rapportée actuellement par les nombreux usagers. La situation est quasi identique dans les 14 recyparcs. 

“Il est impossible de communiquer en temps réel la liste des conteneurs pleins dans chaque recyparc car cette situation évolue constamment” écrit Tibi.

Appel aux usagers

L’intercommunale lance dès lors un appel aux concitoyens carolos: “Pour éviter le désagrément de ne pas pouvoir décharger votre véhicule, nous vous invitons à reporter à un autre jour votre visite au recyparc si elle n’est pas indispensable et si vous ne voulez pas prendre le risque de ne pouvoir tout décharger.” 

Et elle demande également à chacun de garder son sang-froid: “ Nous faisons face par ailleurs à des comportements inciviques et des attitudes inappropriées à l’égard de nos préposés. Nous vous remercions de rester calmes et raisonnables. Nous faisons le maximum pour absorber le flux énorme des déchets qui est en ce moment rapporté dans les recyparcs.”

Les recyparcs de Tibi seront ouverts ce vendredi 22 mai et ce samedi 23 mai selon leur horaire normal.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région.

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.