Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images/iStockphoto

Cet étudiant l’a appris à ses dépens: on n’ennuie pas les morts

Des pierres tombales d'un cimetière juif de Bordeaux ont été dégradées par "des étudiants alcoolisés" vendredi au petit matin, a indiqué la police. L’un d’entre eux s'est d’ailleurs retrouvé coincé sous une pierre tombale. Karma.

"Des étudiants d'une grande école locale, très alcoolisés, s'en sont pris à quelques tombes dans le cimetière juif. Quelques pierres tombales ont été dégradées, cassées, ils ont dû sauter dessus ou les faire tomber de leur socle", a précisé à l'AFP une commissaire de police. "A priori, cela n'a strictement rien à voir avec un caractère antisémite", a-t-elle ajouté.

L’étudiant “légèrement blessé”

Selon la police, les profanateurs présumés, qui ont agi "aux alentours de 7h00", étaient "au moins trois" et l'un d'eux a été placé en garde à vue. Il a pu être appréhendé car il s'est retrouvé "coincé" par une pierre tombale déplacée et s'est "légèrement blessé". L'étudiant a appelé à l'aide et la personne venue lui porter secours a prévenu la police et les pompiers.

Ce cimetière, dit des "juifs portugais", est le seul des trois cimetières juifs de Bordeaux encore fonctionnel aujourd'hui. Il compte plus de 5.400 tombes. Contacté par l'AFP, le consistoire israélite de Bordeaux n'a pas souhaité réagir dans l'immédiat à l'incident.

  1. Annick, gérante belge d’agence immobilière à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    Annick, gérante belge d’agence immobiliè­re à la Costa Brava, a été tuée par son compagnon

    L’identité de la ressortissante belge (65 ans) qui a été poignardée à mort mercredi par son compagnon espagnol (72 ans) à L’Escala, sur la Costa Brava, en Espagne, est connue: il s’agit de l’Anversoise Annick Chenut, 65 ans. Elle y gérait une agence immobilière depuis 40 ans. Selon les médias espagnols, il s’agit d’un meurtre lié à la sphère privée: le couple s’était séparé et se déchirait pour le titre de propriété de la maison.