Cinq ans fermes pour un prédateur sexuel visétois actif sur internet

Un Visétois âgé de 49 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de 5 ans de prison ferme après avoir commis des faits de viol, d'attentats à la pudeur, de corruption de mineurs et de leurre de mineurs sur internet. Le prévenu s'était fait passer pour un jeune mannequin pour obtenir des photos dénudées et des actes sexuels de jeunes filles.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Getty Images

Le prévenu avait déjà été condamné en octobre 2017 à une peine de 5 ans de prison avec sursis partiel pour avoir abusé de la crédulité de 53 mineurs d'âge sur internet. À l'époque, il avait créé de faux profils d'adolescents afin d'obtenir de ses victimes l'envoi de photos dénudées.

À l'époque où il était jugé pour ces premiers faits, le prévenu en commettait d'autres sans que la justice en soit informée. Le prévenu avait abusé de la crédulité de dix autres victimes. Il utilisait la photo d'un jeune garçon mannequin pour faire croire à ses contacts qu'il était un adolescent d'une quinzaine d'années.

Cet homme utilisait un vocabulaire d'adolescent. Il avait contacté des filles âgées de 10, 11 ans et 15 ans. Après avoir acquis la confiance des jeunes filles, émoustillées par l'idée de correspondre avec un beau jeune homme de leur génération, le prévenu leur réclamait des photos de nudité de plus en plus osées. Le prévenu s'était livré à un chantage sur base de photos et de vidéo obtenues, parvenant à imposer des actes sexuels à distance à ses victimes sous la menace d'une diffusion sur les réseaux sociaux.

L'une des victimes, concernée par une prévention de viol, avait été invitée à réaliser un acte de pénétration avec une brosse à dents. Ces actes avaient été enregistrés par le prévenu qui disposait d'un logiciel permettant de filmer les victimes à leur insu.
Considéré comme un prédateur sexuel, le prévenu a été condamné à une peine de 5 ans de prison ferme. Cette condamnation a été assortie d'une mise à disposition du tribunal de l'application des peines pour une durée de 5 ans.

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.