L'accusé.
Plein écran
L'accusé. © BELGA

Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.

Préalablement au tirage au sort des jurés, huit personnes présentes ont pu convaincre la cour d'une cause d'excuse ou de justification permettant de les dispenser de participer à ce tirage. Certains ont évoqué des impératifs familiaux ou professionnels, et un des candidats jurés a expliqué qu'il travaillait au sein d'une petite équipe, où chacun devait se serrer les coudes pour assurer la charge de travail. La réponse du président Michel De Grève lorsqu'il a refusé la dispense sollicitée n'a pas manqué de faire sourire la cour et le public. "Dans la justice aussi, nous sommes une petite équipe et on doit se serrer les coudes parce que le ministre ne nomme pas ceux qu'il devrait nommer", a glissé le président.

En plus des cinq hommes et sept femmes qui ont été désignés comme jurés effectifs vendredi après-midi à Nivelles, la cour d'assises a décidé de tirer au sort trois jurés suppléants. Il s'agit de deux femmes et d'un homme. Après cette première audience, le procès proprement dit commencera le jeudi 30 janvier et devrait durer jusqu'au 5 ou 6 février. L'accusation est soutenue par l'avocat général Pierre Rans. Les avocats Sven Mary et Cédric Moisse défendront les parties civiles, tandis que Mes Rohan Van Vooren et Amaury Gossé défendront l'accusé. 

Le président Michel De Grève .
Plein écran
Le président Michel De Grève . © BELGA
  1. La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”
    Interview

    La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”

    Le beau temps était annoncé le week-end passé. Il était bien au rendez-vous pour la première fois de l’année. De quoi inciter les gens à sortir de chez eux! Pourtant, les règles de confinement destinées à ralentir la propagation du coronavirus sont toujours d’application en Belgique. Les sorties sont autorisées sous certaines conditions. Mais la police de Charleroi a constaté que celles-ci n’ont pas vraiment été suivies.