Condamné pour des attouchements sur sa voisine mineure

Un habitant de Soumagne âgé de 59 ans a été condamné vendredi par le tribunal correctionnel de Liège à une peine de six mois de prison avec sursis après avoir commis des attentats à la pudeur sur sa voisine âgée de 15 ans. Le prévenu a été acquitté du fait de viol qui lui était reproché.

Illustration.
Plein écran
Illustration. © Photo News

Les faits s'étaient déroulés au début du mois de juillet 2017 dans le cadre d'une relation de confiance instaurée entre le prévenu et la famille de ses voisins. L'homme acceptait régulièrement de recevoir les enfants de ses voisins chez lui. C'est dans ce contexte qu'il avait entretenu deux relations sexuelles avec la jeune fille âgée de 15 ans.

La victime des faits avait initialement parlé de relations violentes alors qu'elle aurait été attachée et bâillonnée. Mais le tribunal a acquitté le prévenu pour une prévention de viol. Les déclarations de la jeune fille au sujet de scènes violentes n'ont pas été confirmées par les examens médicaux réalisés.
Le prévenu avait admis avoir entretenu ces relations sexuelles mais il avait ajouté qu'elles étaient consenties, malgré l'état de minorité de la jeune fille.
Le tribunal l'a condamné pour avoir commis des attentats à la pudeur sans violences ni menaces à une peine de six mois de prison avec sursis.

  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.