Sven Mary et Stéphane Pauwels
Plein écran
Sven Mary et Stéphane Pauwels © BELGA

Des acquittements plaidés dans l'affaire Hakimi-Pauwels

Des acquittements ont été plaidés, mercredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi, délocalisé à Mons pour l'affaire Hakimi-Pauwels. Les plaidoiries se poursuivront jeudi et vendredi. 

  1. Stéphane Pauwels conteste le home-jacking: “J’assume, j’ai proposé de lui mettre une tarte”
    mise à jour

    Stéphane Pauwels conteste le ho­me-jac­king: “J’assume, j’ai proposé de lui mettre une tarte”

    Le président du tribunal correctionnel du Hainaut a auditionné lundi Stéphane Pauwels, dont le nom figure dans un volet du vaste dossier relatif aux home-jackings qui ont eu lieu dans le Brabant wallon et dans le Hainaut entre 2015 et 2017. L'ex-animateur de RTL-TVI est soupçonné d'avoir donné l'adresse d'une victime à Lasne. Les faits ont été commis en mars 2017.
  1. Deux jeunes femmes agressées en France pour une jupe “trop courte”

    Deux jeunes femmes agressées en France pour une jupe “trop courte”

    Un jeune de 18 ans a été placé en garde à vue à Mulhouse (est), accusé d'avoir agressé deux jeunes femmes au motif que l'une d'elles portait une jupe "trop courte", a-t-on appris jeudi de source policière, quelques jours après un incident du même type à Strasbourg. La scène s'est déroulée mercredi après-midi, alors que les deux amies, âgées de 18 ans, attendaient à une station de tramway dans le centre de Mulhouse, selon cette même source.
  2. La fille du couple qui séquestrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipulatrice”

    La fille du couple qui sé­questrait sa stagiaire: “Papa est une gentille personne, mais ma mère est très manipula­tri­ce”

    La condamnation à 15 mois avec sursis de D.D. et A.T., un couple de coiffeurs qui avaient enfermé leur stagiaire dans un grenier, continue d’agiter la commune de Tielt-Winge, en Brabant flamand. Certains sont encore sous le choc des faits qui se sont produits si près de chez eux, d’autres sont incrédules, les derniers sont révoltés contre le couple et estiment que la sanction est beaucoup trop légère. La mère et la fille de D.D., qui viennent d’ouvrir ensemble un salon de coiffure un peu plus loin dans la même rue, ont elles-mêmes du mal à juger de la situation. “Nous n’avons plus de contacts avec eux depuis sept ans, mais lui sera toujours le bienvenu chez nous”, résument-elles.