Dans la région anversoise, les policiers ont été la cible de crachats à plusieurs reprises en quelques jours par des individus qui prétendent être infectés par le coronavirus. Une "mode" qui ne fait pas rire la justice
Plein écran
Dans la région anversoise, les policiers ont été la cible de crachats à plusieurs reprises en quelques jours par des individus qui prétendent être infectés par le coronavirus. Une "mode" qui ne fait pas rire la justice © Photonews

Des policiers à nouveau visés par des crachats: “C'est totalement inacceptable”

Des policiers ont de nouveau été la cible de crachats ce jeudi en région anversoise après des faits similaires plus tôt cette semaine, rapporte Het Laatste Nieuws. À chaque fois, les agresseurs prétendaient être infectés par le coronavirus. Face à la recrudescence de ce type d’actes particulièrement honteux en temps de crise sanitaire, le parquet anversois a indiqué que des mesures fermes seront prises à l’encontre des personnes qui toussent, éternuent ou crachent délibérément sur des policiers ou n'importe quel citoyen.

Nous l’évoquions ce jeudi: deux hommes ont été arrêtés cette semaine à Anvers après s’être comportés de manière agressive envers des policiers. L’un avait éternué en direction des forces de l’ordre et l'autre leur avait même craché au visage. Tous deux affirmaient être atteints du coronavirus. Les faits se sont produits mardi et mercredi.

Deux nouveaux incidents ce jeudi

Les policiers de la zone ont à nouveau été confrontés à ce genre de comportement ce jeudi après-midi. À Wommelgem, une patrouille a voulu contrôler une voiture avec quatre personnes à bord, ce qui est formellement interdit durant le confinement. Un passager de 44 ans s'est directement montré agressif envers les forces de l’ordre.

“Il a insulté les inspecteurs et leur a craché dessus”, déclare Kristof Aerts du parquet d’Anvers. “La police a essayé de lui mettre un masque de protection mais l’individu a farouchement résisté et a prétendu être infecté par le coronavirus. L’homme a ensuite été conduit en cellule au commissariat mais là aussi, il a résisté et craché sur l’oreille d’un inspecteur.”

Une “mode” qui ne fait pas rire la justice

Plus tard dans la journée, une scène similaire s’est déroulée à Anvers. Un automobiliste qui avait commis plusieurs infractions au code de la route n’a pas supporté d’être contrôlé par les hommes en bleu. Il a résisté et leur aussi craché au visage après avoir été menotté. Encore une fois, il a affirmé avoir le virus.

Une "mode” qui ne fait pas rire la justice, loin s’en faut.  Le parquet a demandé au juge d’instruction d’arrêter les deux malfrats pour “attaque avec des substances dangereuses et rébellion”.

Jusqu’à deux ans de prison et une lourde amende

“Le parquet est strict contre les personnes qui toussent, éternuent ou crachent délibérément sur les policiers et d’autres citoyens pendant la crise du coronavirus. Ce comportement est hautement antisocial et totalement inacceptable”, conclut Kristof Aerts.

Rappelons que de tels agissements sont passibles de peines allant de trois mois à deux ans de prison et d’amendes comprises entre 400 à 2.400 euros. À bon entendeur...