Plein écran
Photo d'illustration. © AFP

Deux enfants au pain et à l’eau car leurs parents ne payent plus la cantine

Ce lundi 9 septembre, deux élèves ont subi une décision radicale de la municipalité de Saint-Pourçain-sur-Sioule près de Vichy. Alors que leurs parents ne payaient plus la cantine, le maire de la commune a décidé de donner du pain et de l’eau comme repas aux enfants concernés.

L’affaire a fait beaucoup réagir depuis sa médiatisation. Quelques jours après la rentrée scolaire, deux élèves de l’école primaire de Michelet Berthelot ont été privés du repas chaud de la cantine. Seuls du pain et de l’eau ont été servis en guise de punition pour des parents qui ne payaient plus les factures de cantine. “Que faire? Appeler la gendarmerie? Les laisser dans la cour?”, se questionne Emmanuel Ferrand, le maire de la commune de l’Allier, auprès de France 3. 

“Nous les avons installés dans une salle à part pour qu’ils ne soient pas avec les autres enfants et ne soient pas victimes de discrimination. Nous leur avons donné du pain frais et de l’eau”, poursuit-il. “Nous avons voulu faire un électrochoc aux parents de ces deux enfants”, insiste-t-il.

Le maire reconnaît une décision “maladroite” 

Les impayés de ces familles représenteraient un poids pour la collectivité: “Nous avons 1/3 des parents qui ne règlent pas la cantine soit environ 50 familles dont 14 en réelle difficulté. Cela représente plus de 5.000 euros d’impayés par an. C’est la seule famille qui nous laisse sans réponse.”

Le personnel de l’école s’est immédiatement désolidarisé de la décision prise: “Je comprends que les impayés de la cantine soient compliqués à gérer pour la municipalité. Mais je suis en total désaccord avec la façon dont cette affaire a été menée. Ce sont des problèmes d’adultes. Des enfants n’ont pas à être privés de repas. J’ai vraiment été choqué”, explique un des employés. “Le personnel de l’école désapprouve cette façon de faire et ne la cautionne pas. Ceux qui étaient présents disent avoir été mis devant le fait accompli et précisent que si cela venait à se reproduire, ils refuseraient de le faire”, confie un autre. 

Depuis cette affaire, les parents ont réglé les factures et le maire a reconnu une décision “maladroite” mais “assume” celle-ci: “Que faire devant l’accumulation des factures et l’absence de réponse… Quand les parents répondent nous trouvons des solutions et des arrangements.”

  1. Une octogénaire décède après avoir bu du détergent en maison de retraite

    Une octogénai­re décède après avoir bu du détergent en maison de retraite

    Une dame âgée de 82 ans et atteinte de la maladie d’Alzheimer est décédée dans la nuit de vendredi à samedi à l’hôpital, après avoir bu deux verres de détergent industriel pour canalisations mardi dans une unité protégée d’un EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) géré par la Croix-Rouge à Elbeuf en Normandie, où elle avait été placée depuis le mois d’août, relatent les médias français.