Plein écran
Capture d'écran © RTL info

Drame familial à Charleroi: le père a égorgé sa fille, il voulait récupérer un héritage

Nous en parlions ce samedi: un homme et sa fille avaient été retrouvés morts dans une habitation de Charleroi. Les enquêteurs en savent désormais plus sur les origines de ce drame familial. 

Le parquet de Charleroi a confirmé ce dimanche que l’homme, âgé de 78 ans, avait égorgé sa fille (53 ans) avant de se suicider. Les faits ont eu lieu dans l’appartement de sa victime, rue de la Neuville, derrière le stade du Sporting. Brièvement privé de liberté, l’époux a été totalement disculpé. 

Selon les premières conclusions de l’enquête, relayées par la DH, l’homme venait de revenir de Roumanie après le décès de son épouse et souhaitait y retourner. Sa fille avait légitimement touché une partie de l’héritage mais son père s’estimait lésé et exigeait d’en récupérer une somme importante. 

Il avait déjà menacé de passer à l’acte et s’était confié à un membre de sa famille, en Roumanie. 

  1. Deux SDF suspectés d’avoir tué quatre personnes à Evere, Schaerbeek et La Hulpe

    Deux SDF suspectés d’avoir tué quatre personnes à Evere, Schaerbeek et La Hulpe

    Dans le cadre d'enquêtes croisées des autorités judiciaires bruxelloises et brabançonnes, deux individus sans domicile fixe (SDF) sont suspectés du meurtre de quatre autres SDF, a-t-on appris mercredi auprès du parquet du Brabant wallon, confirmant une information du quotidien Het Laatste Nieuws. Les corps des victimes avaient été découverts fin 2018 et début 2019 à Evere, Schaerbeek et La Hulpe.
  2. Quatre ans de prison pour un coup de poing fatal
    Charleroi

    Quatre ans de prison pour un coup de poing fatal

    Le ministère public a requis mercredi devant le tribunal correctionnel de Charleroi une peine de 4 ans de prison à l'encontre d'A. B. L'homme, âgé de 24 ans, est poursuivi pour avoir porté un coup de poing ayant entrainé la mort d'Alper Top, le 21 juin 2015. Le 28 juin, à l'hôpital de Lodelinsart, la victime a succombé à ses blessures, provoquées par une chute mortelle à la suite du coup. Le prévenu conteste avoir frappé la victime.