Plein écran
La femme a été placée en garde à vue. © Getty Images

Elle abandonne son bébé dans la rue car le père “n’assume pas ses responsabilités”

Ce mardi, une mère de trois enfants a été interpellée, près de Versailles, après avoir voulu, selon ses propres dires, “responsabiliser” le père trop peu présent à ses yeux. C’est dans cette optique qu’elle avait laissé leur bébé de cinq mois seul en pleine rue.  

En fin d’après-midi, ce mardi, un employé d'un café de la ville donne l’alerte en appelant la police. Une femme vient de déposer son enfant devant l’établissement où il travaille. “Elle a abandonné son gamin dans la poussette devant le bar. J’ai appelé la police. Mais comme cette dame est connue dans le quartier, des femmes ont pris le bébé dans leurs bras. On lui a donné à boire et il a été calmé en attendant la police”, explique-t-il dans des propos relatés par Le Parisien.

Quelques minutes plus tard, les policiers sont sur place et constatent que le bébé va bien. Le père débarque juste après eux et donne sa version des faits. Pour lui, la mère de l’enfant lui reproche de ne pas assumer ses responsabilités. Elle l’aurait appelé, très énervée, pour lui signaler que son fils était dans une poussette seul devant chez lui et qu’il était prié de s’en occuper. 

Placée en garde à vue

Les forces de l’ordre se rendent alors chez la femme pour lui expliquer que l’enfant ne doit pas servir à régler ses problèmes de couple. En colère, elle crie à l’injustice. “Elle estime qu’elle est dans son bon droit et prend à partie les fonctionnaires dans la mesure où elle estime que le père de son bébé et aussi de son autre garçon âgé de 2 ans n’assumerait pas son rôle de père”, confie une source proche de l’affaire.

Mère de deux autres enfants, âgés de 2 et 7 ans, elle a été interpellée avant d’être conduite au commissariat de Trappes où elle a été placée en garde à vue. Le parquet de Versailles doit se pencher sur le cas pour déterminer si les enfants de ce couple sont en sécurité. 

  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Un illusionniste et sa compagne disparaissent en mer du Nord: les recherches abandonnées

    Un illusion­nis­te et sa compagne disparais­sent en mer du Nord: les recherches abandon­nées

    Deux plongeurs belges ont disparu dimanche midi en mer du Nord. Le couple de Flamands avait plongé à la recherche de l’épave d'un navire lorsque sa trace a été perdue. Il s’agit d’un illusionniste de 53 ans, Kurt Huberecht, et de sa compagne de 36 ans, Nathalie Fiers. Les plongeurs qui les accompagnaient ont tout tenté pour les retrouver, en vain. Les secours ont aussitôt été avertis et un hélicoptère a ratissé la zone située entre les eaux françaises et belges mais l’arrêt des recherches a été décidé vers midi ce lundi: “Il faut être réaliste, les chances de survie sont trop minces”.