Plein écran
Mia semblait avoir trouvé le bonheur depuis sa pension © DR

“Elle avait tant attendu sa pension”: comment Mia a-t-elle pu être tuée par son jeune compagnon?

Mia Tielens, 61 ans, a été retrouvée morte à son domicile de la Zandstraat à Maasmechelen. L’ancienne caissière, qui venait d’être pensionnée, a selon les enquêteurs été tuée par son actuel compagnon, P.H. C’est l’ex-mari de la victime qui a fait la macabre découverte après de nombreux appels téléphoniques restés sans réponse. Le pire aurait-il pu être évité? Deux jours avant le drame, le voisinage de la sexagénaire avait contacté la police pour lui faire part du comportement agressif et confus de P.H.

Il était neuf heures jeudi matin lorsque la police a reçu un appel inquiet de l’ex-époux de Mia Tielens. Elle ne décrochait pas malgré ses nombreux appels et son numéro était devenu inaccessible. L’ex-mari, très préoccupé, s’est alors rendu à son domicile pour s’assurer qu’elle allait bien et est tombé sur son compagnon, P.H., un Néerlandais de nombreuses années son cadet, qui paraissait très confus. Mia était étendue sur le sol à l’intérieur de la maison et semblait avoir succombé à des coups. Appelée en renfort, la police n’a pu que faire constater le décès déjà prononcé par les secours dépêchés sur place. 

Plein écran
Les enquêteurs sur les lieux du meurtre © Joel Hoylaerts/photonews

“Comment vouloir tuer une dame si gentille?”

P.H., 42 ans, a aussitôt été interpellé et amené au commissariat. Suspecté de meurtre, l’homme était en sous-vêtements lorsqu’il a été surpris par l’ex-mari de sa compagne et arrêté par la police. Lors de cette scène décousue, la rue a été fermée dans les deux sens. Mais rapidement, les voisins ont fait part de leurs sentiments à nos collègues d’Het Laatste Nieuws. Ils ne comprennent pas que Mia Tielens ait pu être victime d’un meurtre. “Une femme tellement gentille”, commente une connaissance sous le choc. “Nous allions chez elle toutes les semaines pour chercher des oeufs qu’elle ramenait de chez sa mère à Opoeteren. Personnellement, je n’ai jamais compris qu’elle se mette en couple avec un type aussi bizarre. Il savait se montrer très imprévisible et impoli, mais Mia avait l’air heureuse. Je m’entendais bien avec elle, mais avec lui, moins. Elle ne mêlait pas non plus facilement son couple, sa famille et ses amis”.

“Ils avaient toujours l’air de s’amuser”

En soi, le couple passait plutôt inaperçu dans la rue de Maasmechelen où il vivait mais il était assez impliqué dans l’école de danse Balando de Rekem. Les amis de Mia se montrent très choqués par sa mort. “Il y a trois semaines, ils étaient encore ici ensemble à la fête de clôture. Ils étaient membres de l’école depuis cinq ans et sur toutes ces années, je ne trouve rien de négatif à dire à son sujet à lui. Ils s’amusaient toujours ici, leur relation semblait sans nuage. Mais naturellement, je ne sais rien de leur vie privée”, réagit l’un des danseurs, qui côtoyait le couple.

Intervention de la police mardi soir

Du côté des voisins, par contre, le son de cloche est très différent. Mardi dernier en soirée, P.H. s’était montré très agressif, bien que verbalement uniquement, et semblait excessivement perturbé. La raison n’est pas claire, mais la situation était suffisamment tendue pour que les voisins décident d’avertir la police. Cette dernière s’était déplacée et était parvenue à calmer le quadragénaire. Il n’était, à ce stade, semble-t-il pas encore question d'une dispute conjugale. Dès le retour au calme, la police avait démarré. On ne sait pas exactement ce qui s’est ensuite passé avant le meurtre de Mia Tielens, mercredi soir ou dans la nuit de mercredi à jeudi.

“Elle n’aura même pas pu en profiter”

Le mobile de P.H., si son implication se confirme, est donc incertain. L’homme est au commissariat de Maasmechelen depuis jeudi à l’aube et n’a été entendu que dans l’après-midi. Mia Tielens laisse un fils, une fille et des petits-enfants derrière elle. La dame de 61 ans avait travaillé de nombreuses années au supermarché GB à Eisden puis dans celui de Bree. Elle était pensionnée depuis quelques mois à peine et profitait pleinement de la vie de retraitée: “Elle avait attendu ce moment avec tant d’impatience. C’est terrible qu’elle n’ait même pas eu l’occasion de le savourer”, regrettent ses proches.

Plein écran
La maison de Mia Tielens, où elle allait profiter de son premier été de pensionnée © Joel Hoylaerts/photonews