Elle crie à l’aide sous les coups de son mari, les voisins publient la vidéo sur Twitter

Face au supposé manque de réactivité de la police, des voisins ont publié sur Twitter l’enregistrement des cris d’une femme victime des coups de son conjoint. L’affaire fait grand bruit en France.

“S’il vous plaît! À l’aide!” Les cris de désespoir d’une femme ont interpellé ses voisins. “Depuis des mois”, cette habitante de Dijon serait victime des coups de son mari. Les voisins ne savent plus comment lui venir en aide: la police et le bailleur ont été prévenus, plusieurs fois, mais “0 réaction”, et l’homme menace d’un couteau ceux qui tentent d’intervenir.

L’un d’entre eux trouve le meilleur moyen d’alerter le plus grand monde. Publier une vidéo des cris sur Twitter. Immédiatement, les internautes réagissent: 140.000 personnes voient la vidéo et 3.000 commentent. Parmi les réactions, certaines sont virulentes à l’encontre de la police: “Le temps qu’ils traitent (le dossier) elle sera peut-être morte”.

La police “informée” de la situation

L’affaire prend de l’ampleur et oblige Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, à réagir. Elle explique que son équipe a pris connaissance des faits grâce au message d’alerte et que les autorités de Dijon ont été contactées.

La préfecture de Bourgogne-Franche-Comté y va aussi de son intervention. “La police nationale était parfaitement informée de la situation de ce couple. Elle est déjà intervenue plusieurs fois pour des conflits n’ayant donné lieu à aucun dépôt de plainte, comme ce fut le cas dimanche”, peut-on lire. Les policiers se seraient bien rendus sur place mais “le conjoint avait déjà quitté les lieux lors des signalements” faits à 17 heures.

Plein écran
Capture d'écran © Twitter
  1. Les enfants n'avaient pas reçu les chewing-gums d'un prédateur mais... les avaient volés
    Mont-sur-Marchienne

    Les enfants n'avaient pas reçu les che­wing-gums d'un prédateur mais... les avaient volés

    La thèse d'une tentative d'enlèvement sur deux jeunes enfants vendredi dernier en milieu d'après-midi à Mont-sur-Marchienne a été officiellement écartée, selon le parquet de Charleroi. Sudpresse rapportait samedi dernier une telle tentative, des faits confirmés par la police locale. Le parquet de Charleroi avait émis des doutes. En réalité, les enfants ont volé des chewing-gums dans un magasin.