La voiture a endommagé la façade
Plein écran
La voiture a endommagé la façade © Peter Vanderveken

Elle défonce leur façade et laisse un mot: “On règlera ça plus tard”

Visiblement, cette conductrice avait mieux à faire que de réparer sa maladresse après avoir embouti le mur d'un couple de Herselt, en province d’Anvers. 

Bjorn et Sofie devront reporter leur déménagement à plus tard. Une automobiliste a embouti un mur de leur nouvelle construction ce week-end et, sans complexe ni prendre la peine d’alerter la police, elle leur a simplement laissé un mot avec ses coordonnées. 

“On ne comprend même pas comment elle a réussi à faire ça”

“L’entrepreneur venait de nous signaler que la construction serait terminée pour le 11 juillet, mais on peut faire une croix dessus”, déplore la propriétaire. “Nous avons été contactés par des gens du quartier qui nous demandaient si c’était notre voiture qui avait embouti notre nouvelle maison. Non, donc. Nous étions stupéfaits en allant jeter un œil et en réalisant que la voiture était bel et bien encastrée dans notre habitation. Tout le monde se demande comment la conductrice a fait son compte pour atterrir là parce que c’est vraiment la fin de la rue. Elle a dû passer par l’allée des voisins, les buissons et même un petit fossé. Aucune trace de freinage, c’est vraiment très curieux”. 

La voiture s'est retrouvée encastrée dans la façade, mais comment est-elle arrivée jusque là?
Plein écran
La voiture s'est retrouvée encastrée dans la façade, mais comment est-elle arrivée jusque là? © Toon Verheijen

Le plus étonnant, c’est la réaction de l’automobiliste, qui n’a pas daigné appeler la police elle-même après sa collision. Elle a laissé la voiture accidentée sur place, sans contacter l’assurance ni les propriétaires et a quitté les lieux, probablement à pied. “Mais elle a été assez ‘sympathique’ pour laisser un petit mot avec son nom et son numéro de téléphone disant que nous allions ‘régler ça plus tard’. Elle ne pouvait pas non plus partir avec sa voiture, vu que les deux airbags s’était déclenchés avec l’impact. Nous avons donc appelé la police nous-mêmes en leur donnant ensuite la missive”. 

Mauvais réflexe

Depuis lors, la conductrice a réagi. Elle a entre-temps été auditionnée et la police a dressé un procès-verbal. “J’ai totalement paniqué et j’ai tenté de prévenir les voisins mais personne n’ouvrait la porte. Donc j’ai laissé mes coordonnées”, justifie N.C.  

La conductrice donne sa version de cette folle soirée: “J’étais en route pour aller voir un ami dans un camping voisin vers 3h30 du matin la nuit de vendredi à samedi. Soudain j’ai senti que je touchais quelque chose et j’ai entendu un grand bruit. J’ai braqué par réflexe, de peur, et cela m’a fait me diriger tout droit vers la maison. Je n’ai pas eu le temps de comprendre ce qu’il se passait que j’avais déjà embouti la façade. J’ai aussi été voir ce que j’avais pu toucher à la base avant de faire cette manœuvre mais je n’ai pas trouvé, il n’y a pas de bordure. Ou était-ce un animal? Je ne sais pas”, évoque-t-elle.

Contrôle d’alcoolémie positif

N.C. a donc laissé son véhicule et a quitté les lieux. Ne trouvant pas refuge chez des voisins et craignant l’obscurité, elle n’est pas restée sur place. “J’ai appelé mon ami, il m’a calmée et il est venu me chercher. Il m’a conseillé de laisser mon numéro. Je l’ai fait dans une lettre disant de me contacter pour régler les détails plus tard ensemble. J’ai vraiment voulu bien faire et je ne savais pas cela revenait à me mettre en fuite. D’ailleurs, la preuve: j’ai laissé mon véhicule”. Évidemment, dès samedi matin, la police sonnait à sa porte: “Ils m’ont reproché de ne pas avoir appelé un numéro d’urgence, c’est vrai que je n’y ai pas pensé. Et oui j’ai passé un éthylotest et il était positif mais c’est parce que j’ai bu un grand verre de vin après coup pour me détendre. Je n’aurais pas dû. Je le comprends maintenant, parce que j’ai dû rendre mon permis pour six heures. Mais au moment de l’accident, j’étais vraiment sobre. J’espère de tout mon cœur que ces gens n’auront pas trop de problèmes avec leur construction à cause de moi”, déplore-t-elle. 

Pas de délit de fuite

Le parquet d’Anvers a réagi: “Vu que cette dame a laissé ses coordonnées, on ne peut difficilement la poursuivre pour délit de fuite. Pour que ce dernier soit établi, il faut que la personne impliquée ait tenté de se soustraire aux constatations d'usage ou essayé de ne pas être retrouvé”, explique Caroline Vanderstokker. Même si la conductrice ment effrontément et était totalement ivre lors des faits, elle échappera donc sans doute à la sanction la plus lourde.