Plein écran
Kristina, 3 ans, a été trouvée nue parmi des restes de nourriture tels que du yaourt, du poulet et des saucisses que la mère lui avait laissés. © Facebook

Elle part faire la fête, sa fille de 3 ans meurt de faim dans un appartement insalubre

Maria Plenkina, une Russe de 21 ans, a fait la fête pendant une semaine en laissant sa fille Kristina, âgée de 3 ans, seule dans un appartement insalubre. Selon le juge, l’enfant buvait de la lessive par pure nécessité, car sa “mère diabolique” avait coupé la conduite d’eau. Le bambin est finalement mort de faim.

Le 13 février dernier, Plenkina a fermé la porte derrière elle pour faire la fête avec des amis pendant une semaine dans le cadre de la Saint-Valentin. Elle venait de rompre avec son petit ami, le père de la petite Kristina.

Elle avait assuré à ses camarades qu’un ami prendrait bien soin de la fillette. Ils l’ont crue sur parole. Ce n’est que lorsque la grand-mère de Kristina est allée à l’appartement pour célébrer le troisième anniversaire du bambin que le drame a été découvert.

Chauffage et eau coupés

Selon le juge, Kristina a été trouvée nue parmi des restes de nourriture tels que du yaourt, du poulet et des saucisses que la mère lui avait laissés. Le chauffage et l’eau avaient été coupés. 

La mère est accusée d’avoir délibérément assassiné sa fille, selon les médias russes. “Elle a l’esprit extrêmement malade car elle savait que son bébé pouvait être en grand danger. Ce n’est rien d’autre qu’un meurtre brutal”, a expliqué le juge qui s’est basé sur les rapports des psychiatres.

"Je ne veux plus jamais la revoir”

Maria Plenkina souligne qu’elle a laissé suffisamment de nourriture pour Kristina dans son appartement. “Je ne voulais absolument pas qu’elle meure”, a-t-elle dit après une série d’histoires contradictoires. Le juge, cependant, n’en a pas cru un mot. “Vous vous êtes bien amusée pendant que votre enfant était affamé”, a lancé le juge. 

Lorsqu’elle a été arrêtée, elle n’aurait montré aucune émotion ni regret. “Vous n’avez pas pleuré face aux horribles conséquences de vos actes”, s’est étonné le juge.

Irina, la mère de Maria, âgée de 47 ans, ne savait pas que sa fille avait été absente pendant si longtemps. “Si j’avais su ça, je me serais occupée de ma petite-fille.” “Elle m’a dit que tout allait bien à 100% avec Kristina. Et elle a aussi menti aux amis avec qui elle sortait. Ils ne savaient rien non plus. Il n’y a jamais eu aucun signe que ma fille ferait du mal à son enfant. Maintenant qu’elle a avoué, je ne veux plus jamais la revoir.”

  1. De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus
    procès pédopornographie

    De 10 à 15 ans de prison requis contre les cinq prévenus

    Une deuxième journée est prévue au procès pour pédopornographie, devant le tribunal correctionnel de Termonde. La prochaine audience aura lieu le 11 février à 14h00. Le jugement est attendu au plus tôt le 10 mars. Le tribunal a requis la présence de l’un des prévenus, Dimitry D., à la prochaine audience. Celui-ci était effectivement absent vendredi, ce qui n’a pas plu à la juge. Le parquet a requis entre 10 et 15 ans de prison à l’encontre des cinq prévenus.
  2. Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Anderlecht

    Cinq hommes et sept femmes pour juger le meurtre du Decathlon d'Ander­lecht

    La cour d'assises de Bruxelles-Capitale, délocalisée en Brabant wallon, s'est réunie vendredi à Nivelles pour désigner le jury qui, à partir du jeudi 30 janvier, planchera sur un dossier du meurtre commis sur le site du magasin Decathlon d'Anderlecht dans la nuit du 5 au 6 juin 2016. L'accusé, G., 21 ans, originaire de Court-Saint-Etienne, était mineur d'âge au moment des faits. Il est poursuivi pour le viol et le meurtre d'une jeune fille âgée de 17 ans et demi dont le corps avait été découvert dénudé, en contrebas du toit du magasin Decathlon d'Anderlecht, quelques heures après les faits.