Presley Pritchard.
Plein écran
Presley Pritchard. © Instagram.

Elle se fait licencier à cause de ses photos jugées trop sexy sur Instagram

Dans le Colorado, aux États-Unis, une pompière et secouriste s’est fait licencier par son employeur en août dernier, en raison de son activité jugée trop floue sur Instagram. Presley Pritchard a décidé de porter plainte pour licenciement abusif.

Pompière il y a encore quelques mois, Presley Pritchard a été licenciée à cause de son activité sur Instagram. À côté de son métier, la jeune femme tient un compte, suivi par près de 140.000 abonnés, sur lequel elle poste du contenu sponsorisé en rapport avec le fitness. 

L’Evergreen Fire Rescue, employeur de l’ancienne pompière, se défend en affirmant que la frontière entre vie personnelle et vie professionnelle était devenue trop floue, rapporte BFMTV. L’entreprise avait reçu plusieurs plaintes de la part de collègues et citoyens qui jugeaient ses publications trop osées. 

“C’est très hypocrite”

Selon l’employeur, son licenciement serait dû à certaines photos où l’ancienne pompière pose en uniforme de travail. Ses supérieurs lui auraient donné un délai de cinq jours pour les supprimer.

De son côté, Presley Pritchard a jugé cette décision sexiste et infondée. Elle prétend avoir reçu l’autorisation de poster des photos en uniforme sur son compte. La jeune femme explique également que certains de ses collègues masculins n’ont jamais eu de problèmes en rapport avec leurs photos sur Instagram.

“C’était quotidien. C’était comme marcher sur des œufs. C’est très hypocrite. C’est nul. Les calendriers de pompiers sexy sont monnaie courante, mais si c’était des femmes, tout le monde les traiterait de “sal****”. Pour les mecs, c’est normal”, a-t-elle raconté à Vice.

  1. La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”
    Interview

    La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”

    Le beau temps était annoncé le week-end passé. Il était bien au rendez-vous pour la première fois de l’année. De quoi inciter les gens à sortir de chez eux! Pourtant, les règles de confinement destinées à ralentir la propagation du coronavirus sont toujours d’application en Belgique. Les sorties sont autorisées sous certaines conditions. Mais la police de Charleroi a constaté que celles-ci n’ont pas vraiment été suivies.