Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images

Enceinte, elle saute de sa voiture en marche pour échapper à un déséquilibré

Le 20 septembre dernier, une femme a échappé à un homme qui s’était introduit au volant de sa voiture à Villepinte, près de Paris. Enceinte, elle a alors sauté du véhicule en marche. Ce lundi, le tribunal a reconnu l’altération du discernement de l’agresseur, mais il a tout de même été condamné à 18 mois de prison dont 12 avec sursis, rapporte Le Parisien. 

Il y a quelques semaines, une femme enceinte attend son mari dans la voiture sur le parking d'un supermarché. Tout d’un coup, un homme s’approche du véhicule, ouvre la porte et s’installe à côté d’elle, au volant. Il démarre la voiture et part à vive allure. Tentant de le raisonner, elle le supplie de la faire descendre. “Il ne parlait pas. J’ai cru qu’il ne me comprenait pas. Je me suis adressée à lui en arabe. Mais il ne répondait pas non plus”, explique-t-elle.

La victime tente d’immobiliser la Mercedes louée pour un mariage mais rien n’y fait, l’agresseur ne s’arrête pas et lui assène même un coup au front. Sans solution, elle décide donc de sauter du véhicule. “La voiture était lancée à 40 km/h. Elle l’a fait par instinct de survie et s’est retrouvée au milieu de la route en train de crier”, détaille Me Peter, son avocate. La future mère ajoute: “J’ai eu très peur, j’ai encore peur maintenant. J’ai préféré sauter malgré ma grossesse”.

Le mari se venge

Durant l’agression, son mari est prévenu par l’un de ses amis qui a donné l’alerte. La voiture est retrouvée grâce à la géolocalisation. Le loueur réussit à l’immobiliser à distance grâce au système antivol embarqué. Le mari récupère sa femme et l’emmène aux urgences. 

Pendant ce temps-là, l’ami du couple retrouve l’agresseur et le roue de coups avec l’aide de plusieurs complices. Ils tentent par la suite de l’enfermer dans le coffre avant de l’emmener également à l’hôpital où le mari se trouve au chevet de sa femme. Ce dernier décide d’infliger une correction à l’homme qui a mis en danger sa femme. 

Plusieurs condamnations

Lors du procès, ce lundi, trois hommes comparaissaient donc pour violences et séquestration pour l’un d’eux. Sur le point d’accoucher, la future maman d’une petite fille a tout de même tenu à être présente à l’audience, sur le banc des parties civiles. Elle et son bébé s’en sont sortis sans séquelles.

L’agresseur était absent, refusant d’être extrait de sa cellule. Le tribunal a reconnu l’altération du discernement de cet homme souffrant de problèmes psychiatriques. Il a néanmoins été condamné ce lundi à 18 mois de prison dont 12 avec sursis.

Le mari et l’ami de la femme agressée, eux, étaient bien là lors du jugement. “J’ai agi à chaud, sous le coup de l’émotion. J’ai veillé à ce qu’un soignant le récupère”, s’est expliqué l’ami. “J’ai cru que j’allais perdre ma femme et mon enfant”, a ajouté le mari. Douze mois de prison dont six mois avec sursis ont été prononcés contre l’ami violent et 8 mois avec sursis pour le mari, indique le quotidien français. 

  1. Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école
    Play

    Le permis du camionneur qui a renversé Celio retiré, le message poignant de l’école

    Après la mort de Celio, 11 ans, mortellement renversé par un camion sur le chemin de l’école à Alost, le permis du chauffeur lui a été retiré pour quinze jours, confirme le parquet de Flandre orientale. Cela ne met pas en cause le conducteur de poids-lourds pour autant, car la mesure est automatique en cas d’accident mortel. Le conducteur n’était pas sous influence lors de l’accident mais, sous le choc, il a dû être pris en charge.