La bouteille concernée: ne consommez pas ce vin si vous en avez chez vous et que le bouchon semble avoir été changé
Plein écran
La bouteille concernée: ne consommez pas ce vin si vous en avez chez vous et que le bouchon semble avoir été changé © Parket Antwerpen

Enquête sur une gorgée de vin fatale: de la drogue insérée dans une bouteille encore fermée

Le parquet d’Anvers mène une enquête après le décès suspect d'une femme de 41 ans à Puurs-Sint-Amands fin 2019. La quadragénaire a succombé après avoir bu une simple gorgée d'un verre de vin “RED Merlot Cabernet Sauvignon 2016" de la marque Black&Bianco. La bouteille aurait été manipulée et une dose mortelle de MDMA (amphétamines) aurait été ajoutée dans le liquide. Le parquet avertit tout détenteur d’une bouteille similaire d'un risque potentiel et indique qu’il convient de prévenir la police si le bouchon d'une de ces bouteilles semble avoir été manipulé. 

Le décès inexpliqué remonte au 17 décembre dernier. La victime avait été admise cinq jours plus tôt aux urgences d'un hôpital de Saint-Nicolas. Peu avant hospitalisation, elle s’était servi un verre de vin. “Selon un témoin, la patiente avait jeté le contenu du verre aussitôt après l’avoir goûté car le vin était mauvais. Mais peu après, elle avait fait un malaise et perdu conscience. C’est là que le témoin avait contacté les secours”, relate le parquet.

Le bouchon n'était pas le bouchon d'origine
Plein écran
Le bouchon n'était pas le bouchon d'origine © Parket Antwerpen

Une enquête judiciaire a été ouverte pour déterminer la cause de ce malaise mortel. L’autopsie a rapidement révélé une concentration mortelle de MDMA et MDA dans le sang de la victime. “Or l’enquête n’a démontré aucune preuve d’une quelconque consommation de drogues dures chez la victime”, avance le parquet.

Pour l’heure, la seule origine probable de l’intoxication serait donc le vin consommé par la victime juste avant sa perte de conscience. Les enquêteurs pensent qu'une personne mal intentionnée a manipulé la bouteille pour y intégrer, à l’insu de la victime, une quantité mortelle de drogue. En effet, la bouteille incriminée disposait d'un bouchon différent de l’original, censé être noir et flanqué du logo blanc Black&Bianco. “L’origine de la bouteille est elle incertaine”, ajoute le parquet. On ne sait donc pas si la quadragénaire a été personnellement visé par un empoisonnement ou si elle a été victime d'un geste aléatoire.

Le bouchon d'origine est noir avec un logo blanc de la marque
Plein écran
Le bouchon d'origine est noir avec un logo blanc de la marque © Parket Antwerpen

La justice appelle à la prudence mais relativise: un seul cas d’empoisonnement présumé via une seule bouteille de vin n’est pour l’instant évoqué. “Toute personne disposant d'une telle bouteille dont le bouchon ou la coiffe semblent avoir été modifiés est invitée à ne pas l’ouvrir ou consommer son contenu mais à prendre immédiatement contact avec la police. Quiconque disposant d'informations sur l’origine de cette bouteille est également prié d’en informer la police”, résume le parquet. 

Le numéro d’appel pour joindre les enquêteurs en charge du dossier est le 03/293.33.32