Plein écran
“Jan”, l’un des cinq enfants fantôme retenus à Ruinerwold, aux Pays-Bas. Selon les premières informations, le père et ses cinq enfants âgés de 18 à 25 ans ont vécu dans une "petite pièce fermée". Tous ses membres ont été examinés par un médecin et emmenés dans un endroit sûr. © DR.

Famille recluse aux Pays-Bas: l’aîné aurait préparé son évasion via les réseaux sociaux

L’affaire de cette famille retenue captive à Ruinerwold, dans le nord des Pays-Bas, reste entourée de mystère. Toutefois, on en sait déjà un peu plus sur l’un de ses membres, connu sous le nom de “Jan”, l’aîné de 25 ans. Selon les médias néerlandais, il aurait cherché via les réseaux sociaux à nouer des contacts avec l’extérieur pour échapper à son calvaire.

Cela peut paraître contradictoire au premier abord. Comment peut-on vivre coupé du monde, isolé dans une bâtisse paumée au milieu de nulle part, et en même temps être actif sur plusieurs réseaux sociaux, comme Facebook et LinkedIn?

De nouveau actif sur les réseaux sociaux

D’après les médias néerlandais, l’aîné des cinq enfants (25 ans), possède un compte Facebook sous le nom de “Jan” et l’a réactivé en juin dernier après neuf ans de silence. Il se présente comme “homme à tout faire” pour Josef B. Sur sa page LinkedIn, le jeune homme affirme que sa mère est décédée en 2004. Depuis, “nous sommes heureux de prendre soin de papa”, écrit-il, précisant que la famille s’est installée à la ferme de Ruinerwold en 2010. Depuis cette période, son profil Facebook qu’il utilisait depuis plusieurs années n’était plus actif.

Jusqu’au 6 juin dernier, où il réactive sa page. Il déclare avoir “commencé un nouveau travail chez Creconat”, selon le journal néerlandais De Telegraaf. Il s’agit d’une boutique en ligne située dans la ville voisine de Meppel, à environ 6 km de Ruinerwold, affiliée à une autre compagnie appartenant à l’Autrichien Josef B. La police y a effectué une perquisition lundi. Sur son profil, “Jan” poste surtout des photos de nature ainsi que des photos du village, prises de nuit.

Plein écran
© EPA

Jan contacte un entreprise via LinkedIn

En septembre dernier, “Jan” contacte via LinkedIn Sander Kuiper, directeur commercial d’une entreprise de marketing. “Il voulait un rendez-vous pour parler d’un travail. Quand j’y repense, c’est comme s’il avait envie de se libérer de sa situation en créant une entreprise. Il était clairement à la recherche de connaissances et contacts. C’est pourquoi il a sollicité mon aide”, prolonge-t-il.

Le dernier contact remonte au 25 septembre. A aucun moment, Jan ne lui parle de sa situation personnelle. En cherchant à nouer des contacts avec un employeur et en quittant la ferme à plusieurs reprises, le jeune homme cherchait probablement à se sortir de sa situation.

Dimanche soir, le jeune homme de 25 ans se rend alors dans un bar du village dans un état “confus”. Sale, portant de vieux vêtements, les cheveux en bataille, il demande de l’aide, raconte le gérant du café, Chris Westerbeek. Lorsque ce dernier entame la conversation avec le jeune homme, celui-ci affirme que cela fait “neuf ans” qu’il n’est pas sorti de la maison et qu’il n’a jamais été à l’école. Le gérant de l’établissement avertit alors la police, qui arrive sur place et découvre la famille dans “une petite pièce fermée” de la bâtisse.

Plein écran
© AFP

Qui est le suspect Josez B.?

Un homme, l’Autrichien Josef B, qui est le locataire de la ferme, a été arrêté aux abords de l’endroit. Il a refusé de collaborer à l’enquête et a même voulu empêcher la fouille la maison. “L’homme est actuellement soupçonné dans l’enquête d’être impliqué dans une privation illégale de liberté et d’avoir nui à la santé d’autrui”, a fait savoir mercredi le parquet néerlandais dans un communiqué.

Le suspect de 58 ans - qui n’est pas le père de famille - comparaîtra jeudi devant un juge d’instruction et celui-ci décidera de prolonger ou non sa détention. La police a dit mercredi soir avoir effectué dans le cadre de l’enquête des recherches dans deux propriétés à Zwartsluis, un village situé à 16 kilomètres de Ruinerwold. Selon les médias locaux, il s’agit notamment d’un ancien magasin de jouets appartenant au suspect.

D’après un porte-parole du ministère autrichien des Affaires étrangères, Josef B. est un ressortissant autrichien, né à Vienne. D’après le maire d’un village situé dans le district de Perg, en Autriche, l’homme, qu’il décrit comme “réservé” et ayant mené une vie “discrète”, disait alors être menuisier. Il aurait vécu seul pendant environ 10 ans jusqu’à 2010 avant de gagner les Pays-Bas.

Plein écran
© AFP

Une famille fantôme

La famille “avait un mode de vie autarcique” dans la propriété. Plusieurs des enfants, désormais adultes, “n’ont pas été inscrits dans le registre des naissances”, a quant à lui déclaré le maire de Ruinerwold. Il semblerait en outre, d’après la police, que le nom d’aucune de ces personnes ne figure dans la moindre administration communale.

Beaucoup de questions subsistent sur cette étrange affaire qui s’est déroulée dans une localité où personne ne semble connaître les occupants de la ferme, ni même avoir été au courant de leur présence à cet endroit.

Plein écran
© EPA
Plein écran
© ANP