Plein écran
Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote. © rv

Fin de cavale pour ces “amants diaboliques” inscrits sur la liste des Belgium’s Most Wanted

Jean-Claude Lacote (53 ans) et Hilde Van Acker (56 ans), un couple figurant sur la liste des personnes les plus recherchées par la police (Belgium’s Most Wanted), ont été arrêtés en Côte d’Ivoire, annonce jeudi la section brugeoise du parquet de Flandre occidentale, confirmant une information de VTM. Hilde Van Acker est la seule femme belge qui figurait dans la liste des criminels les plus recherchés par Europol. 

En 2011, le couple avait été condamné par défaut par la cour d’assises de cette province à la réclusion à perpétuité pour l’assassinat d’un homme d’affaires britannique. La victime avait été retrouvée morte en 1996 dans les dunes du Coq.

Le 23 mai de cette année-là, le corps sans vie de Marcus Mitchell avait été découvert dans les dunes. L’homme avait été tué par des balles qui s’étaient logées à quelques centimètres de l’oeil gauche et de la gorge. Les enquêteurs ont ensuite découvert que la victime avait prêté une importante somme d’argent au couple. Avec ces 300.000 livres sterling, ils avaient la possibilité de conclure une affaire lucrative en Libye.

La Belge Hilde Van Acker et le Franco-ivoirien Jean-Claude Lacote ont rapidement été interpellés, avant d’être libérés, fin 1996. Depuis lors, ils avaient disparu des radars des autorités judiciaires belges. Le 15 décembre 2011, ils ont été condamnés par défaut à la prison à perpétuité pour l’assassinat de Marcus Mitchell.

Les deux amants ont été arrêtés respectivement mercredi soir et jeudi matin.

Le parquet va demander l’extradition du couple. S’ils s’opposent à leur condamnation, un nouveau procès pourrait avoir lieu devant la cour d’assises. 

Plein écran
Hilde Van Acker. © RV
Plein écran
Jean-Claude Lacote. © rv
  1. En couple avec un détenu, la surveillante est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”
    France

    En couple avec un détenu, la surveillan­te est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”

    Amoureuse d’un détenu, une surveillante de prison française, officiant dans un centre de détention de l’Orne, a enfreint les règles de l'établissement pour fournir, notamment, des cartes SIM et téléphones portables à son conjoint. Sous emprise, la quadragénaire portait en permanence une oreillette qui permettait à sa moitié de lui dicter sa conduite, rapporte Ouest-France.