La cour de récréation de l'Institut Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi)
Plein écran
La cour de récréation de l'Institut Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi) © Photo News

Grève en la mémoire de Maëlle à l’Institut Saint-Joseph de Jumet: “Stop au harcèlement!”

Vendredi dernier, Maëlle (15 ans) s’est suicidée suite à un harcèlement commis par certains élèves de l’école Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet (Charleroi). Sous le choc, plusieurs de ses condisciples ont décidé de réagir ce mardi.

Une centaine d’élèves se sont réunis ce mardi matin devant l’Institut Saint-Joseph Notre-Dame à Jumet. Les jeunes ont voulu rendre un hommage à leur camarade, Maëlle, disparue trop tôt. Ils sont venus avec des pancartes à l’effigie de l’adolescente, mais aussi avec des messages de protestation. Certains tenaient des ballons verts. La couleur n’est pas innocente. Elle est identique à celle des rubans qui inondent les photos des réseaux sociaux en ce moment. Des rubans verts en guise de symbole dans la lutte contre le harcèlement scolaire. Il y en a même qui ont été distribués.

Inutile de dire que les élèves ont fait l’impasse sur le début des cours! Après être restés devant l’établissement, ils ont rejoint la cour de récréation. En réaction, la direction de l’école a visiblement voulu réserver un local où tout le monde pouvait déposer des fleurs ou autres cadeaux en mémoire de la victime.

Réseaux sociaux

L’action des élèves avait été décrétée sur les réseaux sociaux lundi. Naïm avait notamment battu le rappel: “Avis à tous, nous appelons tous les élèves à faire grève ce mardi 4 février devant l’école Saint-Joseph de Jumet. Une chose inadmissible s’est produite... Les seuls arguments donnés: ‘Il y a des activités contre le harcèlement’ et ‘il y a des espaces réguliers de parole’. Étant élève dans cette école, je n’ai jamais entendu parler de ces activités. À un moment, il faut que le harcèlement s’arrête pour le bien de tous!! Soyons nombreux ce mardi devant l’école afin de faire grève ensemble contre le harcèlement! Merci à tous. Stop au harcèlement!”

La direction de l’école avait expliqué à RTL qu’elle avait mis en place un dispositif pour accompagner psychologiquement les professeurs et les enfants. Elle avait également déclaré que des ateliers et des cercles de parole étaient organisés épisodiquement.

  1. La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”
    Interview

    La police de Charleroi a eu la main lourde le week-end passé: “Ce n’est pas faute d’avoir prévenu”

    Le beau temps était annoncé le week-end passé. Il était bien au rendez-vous pour la première fois de l’année. De quoi inciter les gens à sortir de chez eux! Pourtant, les règles de confinement destinées à ralentir la propagation du coronavirus sont toujours d’application en Belgique. Les sorties sont autorisées sous certaines conditions. Mais la police de Charleroi a constaté que celles-ci n’ont pas vraiment été suivies.