PV à l'encontre de Sébastien Thys
Plein écran
PV à l'encontre de Sébastien Thys © Sébastien Thys

Il livre des pièces détachées et se voit récompenser par un PV de 250 euros

InterviewLes règles de confinement destinées à ralentir la propagation du coronavirus sont toujours d’application en Belgique. Les sorties sont autorisées sous certaines conditions. Dans la région de Charleroi, de nombreux procès-verbaux (PV) ont été distribués depuis l’instauration de ces décisions.

“Je suis consterné. Je rentre ce soir (NDLA. lundi soir) de ma journée de travail et quelle surprise! En ouvrant ma boîte aux lettres, un PV de 250 euros pour non-respect du confinement.” Sébastien Thys n’en croit toujours pas ses yeux: “Je n’ai jamais été contrôlé ni même arrêté par quelque service que ce soit. Aucune explication ne m’est d’ailleurs donnée. La lettre du Procureur du Roi de Charleroi ne mentionne pas si j’étais en voiture, à cheval ou à pied. Elle ne précise pas non plus le lieu exact, l’heure et l’immatriculation du véhicule. J’ai juste le droit d’aller consulter mon dossier au tribunal pour en savoir plus.”

Déplacements professionnels

Néanmoins, il reconnaît bien être passé par Chapelle-lez-Herlaimont. C’est là que l’infraction aurait été constatée le 1er avril dernier: “C’est exact, mais je me déplace pour raisons professionnelles. À la base, je suis représentant commercial pour une société de pièces détachées. Mais à cause de la crise du coronavirus, les chauffeurs de mon employeur refusent de livrer. Mon patron m’a alors demandé si cela m’intéressait de les remplacer. J’ai accepté car cela me permet d’éviter le chômage économique. En plus, me verbaliser à Chapelle-lez-Herlaimont n’a aucun sens. J’habite depuis peu à Courcelles. C’est seulement à quelques minutes de là. J’aurais tout aussi bien pu être en chemin pour faire mes courses.” 

Quoi qu’il en soit, Sébastien Thys est constamment sur les routes: “Tous les jours, je parcours entre 600 et 650 kilomètres afin que les camions, les bus ou les remorques puissent être réparés. Je viens d’ailleurs de me rendre au TEC (NDLR. Transport En Commun). J’ai une attestation de mon employeur (NDLA. il nous l’a montrée) et je porte une veste de la marque de l’entreprise.”

Colère et interrogation

Le moins que l’on puisse écrire, c’est que ce PV lui reste en travers de la gorge: “Je suis très en colère car au lieu de rester chez moi, je travaille. Je prends des risques pour ma famille et moi. Sur quelle base me verbalise-t-on? Je n’ai été sujet à aucun contrôle ni à aucune audition pour pouvoir me justifier. On m’envoie directement devant un tribunal avec ou sans avocat.”

Notre interlocuteur soulève également un point intrigant: “Je roule en voiture de société. Or, le PV a été acheminé chez moi sans même passer par l’entreprise de leasing. À mon domicile, il n’y a qu’un seul véhicule. Et il est immatriculé au nom de mon épouse.” Pourtant, le courrier du Procureur du Roi de Charleroi lui était nommément destiné.

Sébastien Thys va, dès lors, refuser de payer son amende. Ce qui le conduira devant le tribunal compétent. En attendant, c’est avec la peur au ventre qu’il prendra le volant. Car en cas de récidive, la note sera encore plus salée.

Retrouvez, ici, toute l’actualité de Charleroi et de sa région

  1. Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic international de drogue en Flandre orientale

    Saisie de 2 millions d'euros lors d'une enquête sur un trafic internatio­nal de drogue en Flandre orientale

    La police judiciaire fédérale (PJF) a indiqué samedi avoir mis la main sur plus de 2 millions d'euros en espèces lors de perquisitions menées dans le cadre d'une enquête relative à un trafic international de drogue en Flandre orientale. Les forces de l'ordre ont également découvert des bijoux et plus de 130 véhicules. Cinq suspects ont été arrêtés en Belgique, trois aux Pays-Bas. Le gang est soupçonné d'avoir importé en Belgique de grandes quantités de cocaïne en provenance d'Amérique du Sud pendant plusieurs années.