Plein écran
Bernard Gore avait 71 ans lorsqu'il a été porté disparu. © The Guardian.

Il meurt après avoir été piégé dans la cage d’escalier d’un supermarché pendant trois semaines

Le 27 janvier 2017, un homme de 71 ans est mort après avoir été pris au piège dans la cage d’escalier d’un centre commercial pendant trois semaines à Sydney, en Australie. La justice veut aujourd’hui comprendre comment cette tragédie a pu se produire.

Bernard Gore est entré dans centre commercial Westfield Bondi Junction le 7 janvier 2017 vers 13h. Mais l’homme de 71 ans n’en est jamais ressorti vivant puisque seulement trois semaines plus tard, le 27 janvier, il a été retrouvé mort dans une cage d’escalier du complexe. Il n’est jamais parvenu à sortir d’un labyrinthe après avoir franchi une porte de secours qui s’est refermée derrière lui et ne pouvait être ouverte que d’un seul côté. Les spécialistes pensent que le retraité n’a pas survécu plus de trois jours et est mort de déshydratation.

Bien que son épouse Angela ait déclenché l’alarme quelques heures après qu’il ne l’ait pas rejoint à l’intérieur du centre comme prévu, la police n’a fait que fouiller les lieux publics du complexe. Lors de sa disparition, les images de la vidéosurveillance n’ont pas été vérifiées par les autorités. Pourtant, comme le pointe la Justice, elles auraient montré M. Gore franchissant la porte de secours en question. 

Une erreur aux conséquences terribles car les recherches avaient été dès lors orientées hors du centre commercial. Dans des propos relatés par The Independent, Andrew Agostino, un gendarme, dénonce d’ailleurs que le centre commercial n’ait pas été l’objet d’une fouille complète avant que la police n’examine d’autres secteurs. 

Découvert à côté d’une chaise

Cette légèreté lors de l’enquête a empêché que soit enclenché un “code gris”, “une procédure interne au centre qui prévoit une fouille extensive en cas de disparition d’un enfant ou d’une personne vulnérable”, précisent les médias australiens.

Un autre élément n’a pas joué en la faveur de la victime puisque les dizaines de sorties de secours du complexe ne sont vérifiées qu’une fois par mois. Le barbier retraité de Tasmanie n’a donc été retrouvé que 20 jours plus tard lorsqu’un ouvrier d’entretien s’est retrouvé dans la cage d’escalier. 

Le défunt a été découvert en position semi-agenouillée. “Il semble qu’il était assis sur une chaise trouvée près de son corps et qu’à un moment donné, il est tombé vers avant”, a déclaré Anna Mitchelmore, avocate de la famille de la victime, lors d’une première audience qui s’est tenue lundi à Sydney.

Un septuagénaire qui s’était déjà perdu

La tragédie s’est produite alors que M. Gore, qui avait les premiers stades de la démence, rendait visite à sa fille Melind à Sydney, accompagné de son épouse avec qui il était marié depuis 50 ans. 

Le septuagénaire, désorienté, s’était déjà perdu à Hobart, en Tasmanie, d’où il était originaire. À cette époque, son fils lui avait alors offert une montre avec un GPS pour pouvoir le localiser. Mais par malchance, il ne la portait pas le jour de sa disparition car elle s’était cassée. 

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).
  1. “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitution du meurtre de Julie Van Espen

    “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans” lors de la reconstitu­ti­on du meurtre de Julie Van Espen

    Steve Bakelmans, le meurtrier présumé de Julie Van Espen, en aveux des faits, a finalement collaboré à la deuxième reconstitution des faits organisée hier en toute discrétion à Anvers. Il a posé, devant le juge d’instruction et les parties, les gestes commis le 4 mai dernier contre l’étudiante de 23 ans. “Une épreuve” pour le suspect, a commenté la défense. Une analyse contredite par les parties civiles: “Je n’ai vu aucune émotion chez Steve Bakelmans”, dément de son côté Me John Maes.
  2. Un entraîneur d'athlétisme auteur d'attouchements pourrait bénéficier d'un sursis probatoire

    Un entraîneur d'athlétis­me auteur d'attouche­ments pourrait bénéficier d'un sursis probatoire

    Le parquet a confirmé vendredi devant le tribunal correctionnel de Liège son réquisitoire portant sur une peine d'un an de prison contre un Visétois âgé de 68 ans poursuivi pour des faits d'attentat à la pudeur commis sur une jeune fille mineure d'âge. Le prévenu, un entraîneur d'athlétisme qui avait posé des caresses intimes lors de séances d'entraînements, pourrait bénéficier d'un sursis probatoire.