Plein écran
Photo d'illustration. © Getty Images

Il meurt lors d'un acte sexuel, son décès jugé comme accident du travail

L’affaire date de 2013 mais vient d’éclater dans les médias ces derniers jours. La mort d’un homme, décédé lors d'un rapport sexuel, a été jugée comme accident du travail. 

Selon la justice française, lors d’un déplacement professionnel, le salarié est sous l’autorité de son employeur en toutes circonstances. En mai dernier, la Cour d’appel de Paris a jugé que la mort d'un employé de l’entreprise TSO était un accident du travail. L’homme avait été retrouvé mort au domicile d'une inconnue juste après une relation sexuelle avec cette dernière. 

Le premier jugement avait déjà qualifié le décès comme un accident du travail. Mais l’employeur avait fait appel considérant que “le malaise cardiaque, ainsi que le décès de son ex-salarié n’étaient pas imputables à son travail mais bien à l’acte sexuel”. La Caisse primaire d’assurance maladie (Cpam) a également joué son rôle dans ce procès en insistant sur le fait qu’un rapport sexuel “relève des actes de la vie courante à l’instar de prendre une douche ou un repas”.

Dans un procès étonnant, la cour d’appel a jugé que le défunt était bien “sous l’autorité de son employeur” même s'il n’était pas dans une chambre d’hôtel réservée par son entreprise. Elle a également rappelé ce que dit la loi: “Un salarié effectuant une mission a droit à la protection prévue par l’article L 411 -1 du Code de la sécurité sociale pendant tout le temps de la mission qu’il accomplit pour son employeur.”

  1. Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupérable”
    Mise à jour

    Accusé d’avoir assassiné ses deux enfants, Eddy Michel passe aux aveux: “Horrible et irrécupéra­ble”

    Eddy Michel, accusé d'avoir commis les assassinats de ses deux enfants, a reconnu lundi après-midi lors de son interrogatoire devant la cour d'assises de Liège avoir tué ses deux enfants, Timothé (4 ans) et Jules (6 ans). Il a affirmé qu'il n'était pas lui-même lors des faits et il a soutenu qu'il ne se souvenait pas de tous les gestes posés. Il a contesté avoir prémédité la mort de ses enfants.
  2. Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    Rossées après le tennis ou pour apprendre le vélo: un père abusif encourt 18 mois de prison

    “J’ai peut-être été un papa un peu trop sévère”, a concédé B.D. devant son juge à Termonde ce lundi. Le père de famille de 42 ans de Saint-Gilles-Waes (Flandre Orientale) a tenté de nuancer les faits de maltraitances familiales qui lui sont reprochés. Le dossier à charge est pourtant lourd. Durant des années, l’homme aurait littéralement terrorisé ses filles nées en 2008 et 2012. Les petites filles auraient régulièrement reçu des coups de poing et de pied, tout comme leur mère. Le prévenu encourt une peine de 18 mois de prison.
  3. Un illusionniste et sa compagne disparaissent en mer du Nord: les recherches abandonnées

    Un illusion­nis­te et sa compagne disparais­sent en mer du Nord: les recherches abandon­nées

    Deux plongeurs belges ont disparu dimanche midi en mer du Nord. Le couple de Flamands avait plongé à la recherche de l’épave d'un navire lorsque sa trace a été perdue. Il s’agit d’un illusionniste de 53 ans, Kurt Huberecht, et de sa compagne de 36 ans, Nathalie Fiers. Les plongeurs qui les accompagnaient ont tout tenté pour les retrouver, en vain. Les secours ont aussitôt été avertis et un hélicoptère a ratissé la zone située entre les eaux françaises et belges mais l’arrêt des recherches a été décidé vers midi ce lundi: “Il faut être réaliste, les chances de survie sont trop minces”.