Plein écran
Jules Devan. © Kim Aerts

Il ne remarque pas un contrôle d'alcoolémie et se fait tirer dessus: “Je n'avais pas vu ces policiers”

Jules Devan, âgé de 76 ans, s’est fait tirer dessus par un policier lors d’un contrôle d’alcoolémie vendredi soir. La balle a traversé la porte côté conducteur et s’est logée dans la cuisse gauche de l’habitant de Kortenberg, entre Bruxelles et Louvain.

Jules est rentré chez lui vendredi vers minuit après une partie de cartes à Nossegem. Sur sa route, il a croisé la zone de police “HerKo” (Herent et Kortenberg) qui effectuait un contrôle d’alcoolémie en direction de Louvain. Jules n’avait pas bu, mais il a dit qu’il n’avait pas remarqué les policiers. Un policier s’est senti menacé et a tiré un coup de feu. La balle s’est enfoncée de 15 cm dans le fémur gauche du septuagénaire. 

Jules va devoir passer le reste de sa vie avec le projectile dans sa jambe. “La balle est trop proche d’un tendon, ce qui rend l’ablation chirurgicale trop dangereuse.  Marcher est difficile et fait mal, mais je vais pouvoir rentrer chez moi”, a expliqué Jules depuis son lit d’hôpital.

Il est toujours indigné par ce qui s’est passé vendredi soir. “Je n’ai touché ni rien ni personne. Et si ce policier dit qu’il a agi en légitime défense et qu’il a dû s’éloigner de moi, alors l’impact de balle devrait être à l’avant de ma voiture, non?”, indique-t-il.

Le permis de conduire révoqué

Selon lui, la signalisation de la police laisse à désirer. “Je roulais à la vitesse autorisée de 70 km/h, mais je n’ai rien remarqué. Je pense qu’il a tiré beaucoup trop rapidement. Et pourquoi ne tirent-ils pas sur mes pneus? Je suis content de pouvoir encore les raconter, parce que cinquante centimètres plus haut et ça aurait été une autre histoire. Je n’ai même pas réalisé ce qui se passait. J’ai tout de suite senti une douleur lancinante.”

Pour les besoins de l’enquête, la route a été fermée jusqu’au matin. Les vêtements de Jules, son téléphone portable et sa voiture ont été confisqués. Le parquet de Louvain a envoyé sur place un médecin légiste et un expert en armes. Le “Comité P”, l’organe de contrôle de la police, a également ouvert une enquête sur les faits. 

Selon le ministère public, Jules n’aurait pas ralenti au point de contrôle. “Pour expliquer son inattention, il a déclaré qu’il n’avait pas vu les avertissements. Son permis de conduire a été révoqué sur-le-champ pour une durée de quinze jours. Il y aura une enquête pour déterminer si l’homme est toujours apte à conduire”, a déclaré la procureure Sarah Callewaert. Une enquête est également en cours pour déterminer si l’agent a agi en légitime défense. Le policier en question serait toujours en fonction.