Il poignarde mortellement son père en pleine vidéoconférence sur Zoom

Un jeune homme, âgé de 32 ou 33 ans selon les sources, a été arrêté pour meurtre après avoir poignardé à mort son père de 72 ans, jeudi à Amityville, dans l’État de New York, au cours d’une conversation vidéo avec une vingtaine d’autres personnes sur Zoom, relatent les médias américains.

Les faits ont eu lieu quelques minutes après midi au cours d’une réunion d'alcooliques anonymes organisée en conférence vidéo. Le septuagénaire se serait écroulé, disparaissant des écrans, avant que son fils trentenaire n’apparaisse nu à l’image. Plusieurs participants, témoins de la chute et d’une respiration bruyante, ont appelé les secours. Les informations au sujet de ce qu’ils ont vu au juste n’étaient guère plus précises dans l’immédiat.

Les policiers ont retrouvé Dwight Powers poignardé à mort au domicile qu’il partageait avec son fils, où ils étaient les deux seules personnes présentes. Le suspect, Thomas Scully-Powers, leur a échappé par une fenêtre mais a pu être arrêté rapidement à proximité. Il restait hospitalisé jeudi soir pour des blessures mineures suite à son saut. La police n’a pas communiqué sur le mobile du crime.

Zoom a gagné en popularité au cours de la crise du coronavirus. Il s’agirait du premier homicide en direct sur la plateforme au cours de la pandémie.

Plein écran
© DR
  1. Kidnapping à Genk: “L'implication possible de musulmans radicalisés, une évolution inquiétante”

    Kidnapping à Genk: “L'implica­ti­on possible de musulmans radica­lisés, une évolution inquiétan­te”

    L'implication présumée de Khalid Bouloudo, âgé de 45 ans et originaire de Maaseik, dans l'enlèvement et la séquéstration d'un garçon de 13 ans de Genk, est jugée "surprenante" par l'expert en terrorisme Pieter Van Ostaeyen. "Nous ne savons pas quel était le motif de l'enlèvement ou ce qui se cache derrière, mais l'implication possible de musulmans radicalisés constitue une évolution inquiétante selon moi. (...) Il s'agit de la première résurgence depuis des années dans le milieu extrémiste musulman.”
  2. La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk devait-elle servir à financer le terrorisme?
    Play

    La rançon du kidnapping de l’enfant enlevé à Genk de­vait-el­le servir à financer le terrorisme?

    Un garçon de 13 ans enlevé chez lui par un groupe d’hommes lourdement armés et masqués dans la nuit du lundi 20 au mardi 21 avril a été libéré cette nuit, après des négociations opérées pendant des semaines entre la famille et les ravisseurs, qui exigeaient une importante rançon (5 millions d’euros selon certains médias). Il apparaît désormais, selon plusieurs médias, que les ravisseurs sont en réalité tous liés à la mouvance salafiste et djihadiste. Il ne s’agit donc peut-être pas d’un simple règlement de comptes lié à la drogue.