Photo d’illustration.
Plein écran
Photo d’illustration. © Getty Images/iStockphoto

Il profite de la généralisation du port du masque pour commettre un braquage

FranceCe mardi, un homme, armé d'un couteau de boucher, a braqué une pharmacie à Saint-Ouen dans le nord de Paris. L'individu, actuellement en fuite, a profité de la généralisation du port du masque de protection pour commettre son acte.

Aux alentours de 14 heures mardi, armé d'un couteau et d'un masque de protection noir sur le visage, un homme arrive dans une pharmacie de la ville de Saint-Ouen pour demander la caisse. Le braquage dure moins d’une minute.

“Il s’est avancé d’un pas déterminé, a pris un fond de caisse d’un peu plus de 100 €, et quelques pièces tout en menaçant avec son couteau, puis il est parti en nous disant de ne pas appeler la police. J’ai pensé à un toxico”, raconte une employée au Parisien.

La police est alertée rapidement, mais le braqueur est déjà loin. “Sur les images de vidéoprotection de la ville, on le voit hésiter 30 minutes sur le trottoir avant d’entrer. Il a déjà le visage masqué mais personne ne le repère, vu que tout le monde en porte un. Il a l’air stressé. Beaucoup de personnes ont perdu leurs entrées d’argent et galèrent à cause du confinement. Cela pourrait aussi expliquer son geste”, relate une source policière, citée par Le Parisien.

De nombreux soutiens

En effet, selon les images de vidéosurveillance qui ont été diffusées sur un groupe Facebook par la fille de la propriétaire, on observe l’homme hésiter. Il entre même dans le commerce une première fois pour demander dix litres de gel hydroalcoolique, avant de ressortir rapidement.

Sur les réseaux sociaux, de nombreux soutiens se sont manifestés. “C’est dégueulasse de s’en prendre à ce commerce. Dans le quartier, la pharmacienne connaît tout le monde par son prénom, elle est appréciée de tous pour son travail, surtout en ce moment”, témoigne Arnaud, un riverain. “Honte à ceux qui, pendant le confinement, en profitent pour agresser les personnes qui prennent des risques pour la santé des autres”, ajoute la fille de la propriétaire.