Plein écran
Le voleur a réussi à prendre la fuite après avoir aspergé au visage le policier lancé à ses trousses avec une substance indéterminée. © EPA

Il tente de voler deux Rembrandt dans un musée à Londres et parvient à s’enfuir

Deux tableaux de Rembrandt ont échappé mercredi soir à une tentative de vol dans un musée londonien, la Dulwich Picture Gallery, mais l'auteur de cette "audacieuse" entreprise est parvenu à prendre la fuite, a annoncé jeudi la police britannique.

Arrivée sur place quelques minutes après avoir été appelée en raison du déclenchement de l'alarme mercredi vers 23H30 (locales et GMT), la police a pris en chasse un intrus qui avait réussi à forcer l'entrée de la galerie et à s'emparer des deux tableaux.

Il a réussi à prendre la fuite après avoir aspergé au visage le policier lancé à ses trousses avec une substance indéterminée. L'agent n'a pas été blessé et a pu continuer son service. Les tableaux du maître hollandais du XVIIe siècle ont rapidement été retrouvés dans l'enceinte du musée.

La Dulwich Gallery dans le Guinness des records

Selon l'un des responsables de la police de Londres, Jason Barber, cette tentative "audacieuse" était "clairement préparée à l'avance". Elle a été mise en échec grâce "à la réaction rapide des équipes de sécurité de la galerie et au courage et à l'intervention rapide" des policiers, a-t-il souligné dans un communiqué.

Fondée en 1811, la Dulwich Gallery a été classée dans le livre Guinness des records car l'un de ses tableaux, un petit portrait du graveur Jacob de Gheyn peint par Rembrandt, y a été volé à quatre reprises, la dernière fois dans les années 1980.

Ce tableau ne figure pas parmi les deux toiles qui ont été ciblées mercredi soir, a indiqué la Dulwich Gallery, qui s'est refusée à toute autre précision en raison de l'enquête en cours. 

  1. En couple avec un détenu, la surveillante est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”
    France

    En couple avec un détenu, la surveillan­te est téléguidée par son conjoint: “J’avais une oreillette”

    Amoureuse d’un détenu, une surveillante de prison française, officiant dans un centre de détention de l’Orne, a enfreint les règles de l'établissement pour fournir, notamment, des cartes SIM et téléphones portables à son conjoint. Sous emprise, la quadragénaire portait en permanence une oreillette qui permettait à sa moitié de lui dicter sa conduite, rapporte Ouest-France.